L’actualité européenne affaiblit la couronne

Photo: Štěpánka Budková

Pour la première fois depuis le mois de juillet, un euro s’est échangé contre plus de 26 couronnes (CZK), mardi. Selon les analystes, la monnaie tchèque réagit à la poursuite des négociations pour le Brexit et au ralentissement de la croissance de l’économie nationale au troisième trimestre.

Photo illustrative: Štěpánka Budková
Depuis le 1er février dernier, date à laquelle un euro s’échangeait contre 25,17 CZK, soit le taux le plus fort non seulement pour cette année mais aussi pour les cinq dernières, le cours de la couronne baisse régulièrement, réagissant à l’actualité internationale, et plus particulièrement européenne. Les négociations relatives à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (cf. : https://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/les-exportateurs-tcheques-craignent-les-consequences-du-brexit) ainsi que celles en cours entre Bruxelles et Rome concernant la loi des finances italienne pour 2019 affaiblissent l’euro et avec lui l’envie des investisseurs de se tourner vers des monnaies plus risquées en Europe centrale et de l’Est, nuisant ainsi à la couronne.

Le ralentissement de la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la République tchèque, avec un taux de 2,3 % pour le troisième trimestre de cette année, selon les données prévisionnelles publiées par l’Office tchèque des statistiques (ČSÚ) ce mercredi, accentue également cette tendance. Les analystes s’attendent par conséquent à une accentuation de ces diverses pressions avec un passage possible du taux de change sous les 26 CZK pour un euro.