Laurent Buffard, entraîneur de Valenciennes : « Brno est vraiment l'équipe qui domine le basket féminin européen »

Photo: CTK

Les filles du Gambrinus Brno ont été sacrées championnes d'Europe de basket-ball pour la première fois de leur histoire, dimanche. Devant leur public, puisque le Final Four (tournoi final à quatre équipes) de l'Euroligue se tenait dans la capitale morave, les Tchèques se sont tout d'abord débarassées de l'Union Sportive Valenciennes Olympic (USVO) en demi-finale, avant de prendre leur revanche sur les Russes de Samara, les tenantes du titre qui les avaient battues en finale la saison dernière. A l'issue du tournoi, l'entraîneur nordiste Laurent Buffard a rendu un bel hommage aux joueuses de Brno et à la qualité du travail fait par le club depuis plusieurs années :

« Brno est une équipe qui s'est construite sur trois, quatre ans, qui a un fond de jeu et surtout des joueuses tchèques de talent, championnes d'Europe en titre avec leur équipe nationale. Ce n'est donc pas n'importe quelle équipe. Elles étaient dans leur salle, favorites et elles ont assumé leur statut. Bravo à elles ! C'est une équipe qui mérite d'être championne d'Europe depuis le temps qu'elle participe au Final Four. »

-Selon vous, qu'est-ce qui fait la richesse, la force actuelle du basket féminin tchèque, car Brno est non seulement régulièrement présent dans le dernier carré de l'Euroligue, mais l'équipe nationale a été aussi sacrée championne d'Europe la saison dernière ?

Photo: CTK
« C'est une génération de joeueuses exceptionnelles avec Jana Vesela, Eva Viteckova, Hana Machova, Ivana Vecerova et toutes les autres que j'oublie. C'est une génération comme en France à une époque pas si lointaine avec Cathy Melain, Audrey Sauret, Edwige Lawson, etc. Les Tchqèues profitent de ça, en plus elles sont dans le même club, ce qui est une force. En plus, ils prennent des joeueuses étrangères qui corespondent à leurs manques. Avec tout ça, ils arrivent à faire une très belle équipe. Je crois que Brno est vraiment l'équipe qui domine aujourd'hui en Europe. »

-Un club comme Valenciennes a-t-il les moyens de recruter une ou deux joueuses tchèques ?

« Oui, nous pouvons le faire, ce n'est pas un problème. Maintenant, il faut qu'elles soient libres, qu'elles veuillent et qu'elles puissent venir. Mais oui, nous pourrions, nous en avons les moyens. »