Le cabinet a adopté le Plan d'action nationale de l'emploi

r_2100x1400_radio_praha.png

Le Plan d'action nationale pour l'emploi de cette année vient d'être adopté en réunion ministérielle. Plus de détails avec Alena Gebertova.

Le taux de chômage en République tchèque se situe autour de 9,3 %. Ainsi, il demeure l'un des plus bas à l'échelle des pays de l'ex-bloc communiste. Ceci dit, le cabinet social-démocrate est cible de critique pour l'augmentation du nombre de chômeurs dans le pays, pendant les quatre années de son mandat. Trois mois avant les prochaines législatives, il décide d'agir en prenant des mesures en vue de l'encouragement de l'emploi. Le Plan d'action nationale pour l'emploi, qu'il vient d'adopter, vise notamment la catégorie des sans-travail de longue durée. Deux projets s'inscrivant dans cette perspective seront mis sur pied. Le programme « La première occasion » s'adresse à des personnes de moins de 25 ans, tandis que « Le nouveau départ » se propose d'aider les adeptes plus âgés. Pour commencer, ces programmes seront réalisés par une quinzaine de bureaux de placement, chargés de créer ce que le gouvernement appelle « le plan d'action individuel ». Des cours de motivation ou des projets de formation professionnelle nouvelle en seront les points forts. Les bureaux de placement pourront, aussi, sanctionner les cas de discrimination de la part des employeurs à cause de l'âge, ce qui est d'ailleurs une pratique assez courante en République tchèque. Le Plan d'action nationale pour l'emploi va, aussi, dans la direction du renforcement des possibilités égales pour hommes et femmes.

Les dépenses de la politique active de l'emploi en République tchèque sont inférieures à 0,2% du PIB. Le pays a donc un important retard à ratrapper pour se rapprocher des Quinze où elles représentent environ 3% du PIB.