Le cessez-le-feu en Ukraine permet l’envoi d’une nouvelle aide humanitaire tchèque

Photo: ČTK

Lundi, un convoi d’aide humanitaire a quitté la République tchèque en direction de Kiev. Le matériel sera ensuite acheminé dans différents hôpitaux ukrainiens. Symboliquement, le Premier ministre, Bohuslav Sobotka, et le chef de la diplomatie, Lubomír Zaorálek, étaient présents lors du départ du convoi depuis la commune de Zbiroh, en Bohême centrale, où est située la base nationale tchèque d’aide humanitaire.

Lubomír Zaorálek et Bohuslav Sobotka, photo:  ČTK
Malgré la signature dans la nuit de samedi à dimanche dernier du cessez-le-feu signé à Minsk la semaine dernière, les rebelles pro-russes ont poursuivi les combats autour de la ville de Debaltseve tenue par les forces gouvernementales ukrainiennes. Après plusieurs mois de belligérances, c’est précisément dans l’est de l’Ukraine que la situation humanitaire est la plus critique. Lundi, le ministère tchèque des Affaires étrangères et l’Administration d’Etat des réserves matérielles, en coopération avec le corps des sapeurs-pompiers, l’ONG Člověk v tísni (L’Homme en détresse) et la Croix-Rouge tchèque, ont expédié quatre camions et plusieurs voitures, contentant essentiellement du matériel sanitaire, des sacs de couchage et même du matériel de réparation de toitures. Le ministre Lubomír Zaorálek a précisé à propos de ce convoi :

« Une fois sur place, le matériel sera remis à la Croix-Rouge ukrainienne. Nous connaissons déjà les hôpitaux dans l’est de l’Ukraine dans lesquels cette aide sera acheminée. Nous sommes au courant de chaque endroit où l’aide sera fournie. Je suis heureux de pouvoir affirmer que la République tchèque fait partie des pays, avec la Suède et la Pologne, qui s’engagent le plus. Je suis également satisfait que le cessez-le-feu permette l’envoi d’une aide humanitaire et que l’on réagisse rapidement afin d’expédier du matériel de première nécessité à des gens qui se trouvent peut-être encore à l’heure actuelle dans des caves. Si, jusqu’à présent, les combats ont fait plus de 5 000 morts, je crains que le nombre de blessés et de malades soit beaucoup plus élevé. Selon les informations dont nous disposons, notre aide résulte de ce que nous avons considéré comme étant le plus utile. »

Le président de la Croix-Rouge tchèque, Marek Jukl, va également cordonner la livraison du matériel. Et selon lui, la nécessité de cette aide humanitaire à l’Ukraine ne fait aucun doute :

Marek Jukl, photo: Site officiel de la Croix-Rouge tchèque
« Ce convoi doit aider à atténuer les conséquences du conflit armé. Toutes les guerres ont pour conséquence une détérioration des soins médicaux, et c’est ce qui se passe en Ukraine. C’est pourquoi le matériel que transporte ce convoi est destiné non seulement aux hôpitaux dans lesquels ces différents équipements font défaut, mais aussi aux équipes mobiles de la Croix-Rouge sur place qui sont en contact direct avec les blessés. »

Présent lui aussi lors du départ du convoi, le Premier ministre a tenu à saluer l’amorce d’un cessez-le-feu. Bohuslav Sobotka est cependant resté prudent quant à l’évolution de la situation :

« Il paraît évident que maintenir un arrêt complet des combats ne sera pas simple. Il existe des épicentres de tension dans l’est de l’Ukraine, où la continuité des pressions internationales sera indispensable, pour la partie russe et pour la partie ukrainienne. Il convient également de faire en sorte que les séparatistes continuent de respecter le cessez-le-feu. Je crois que la situation en Ukraine évolue dans le bon sens, mais nous allons encore devoir prendre un grand nombre de décisions difficiles. La République tchèque est prête à faire son maximum pour que la situation en Ukraine se stabilise. »

Photo: ČTK
L’envoi du convoi ne constitue pas la seule forme d’aide fournie par la République tchèque. Plusieurs dizaines d’enfants ukrainiens ont été accueillis dans le pays il y a près de deux semaines de cela afin qu’ils puissent bénéficier de soins médicaux. D’autres groupes d’enfants et d’orphelins doivent également arriver dans les prochains jours. De son côté, le consulat tchèque provisoire situé à Odessa a commencé, la semaine dernière, à délivrer des visas aux Tchèques de Volhynie qui souhaitent être rapatriés en République tchèque. Sur les quelques 160 demandes déposées, 132 ont déjà obtenu l’approbation officielle de pouvoir retourner dans leur pays d’origine.

Par ailleurs, selon le directeur de l’ONG Člověk v tísni, Šimon Pánek, un troisième convoi d’aide humanitaire devrait être envoyé en Ukraine, le ministre des Affaires étrangères comptant présenter très prochainement un nouveau projet au gouvernement.