A Prague, les ambassadeurs tchèques discutent de l’avenir de l’Europe

Foto: MZV ČR

L’évolution de la situation sécuritaire en Europe confirme l’importance de l’ancrage de la République tchèque au sein de l’Union européenne et de l’OTAN. C’est du moins ce qu’a annoncé, lundi, le Premier ministre Bohuslav Sobotka lors de la session d’ouverture de la réunion annuelle des ambassadeurs tchèques qui se tient tout au long de cette semaine à Prague.

Photo: MZV ČR
C’est désormais une tradition bien établie : chaque année, à l’approche de la fin des vacances d’été, les ambassadeurs tchèques en provenance du monde entier se retrouvent à Prague pour discuter de l’évolution de la politique diplomatique qu’entend mener le pays dans les mois à venir. Actuellement au nombre de quatre-vingt-treize, ces diplomates discuteront jusqu’à vendredi de l’avenir de l’UE, de la sécurité internationale, de la situation dans différentes régions du monde ou encore de la coopération économique.

L’édition 2016 de cette conférence a démarré lundi avec des discours du Premier ministre Bohuslav Sobotka et du ministre des Affaires étrangères, Lubomír Zaorálek. Concernant notamment les questions de sécurité, le chef du gouvernement a déclaré que, suite aux attentats en France et en Allemagne, l’Europe se devait de se préparer à des menaces de différents types et que c’est pour cette raison que la diplomatie tchèque se doit de faire tous les efforts possibles pour contribuer à assurer une plus grande stabilité de l’UE et de l’OTAN. Une meilleure capacité d’agir de ces institutions constitue également une priorité, affirme Bohuslav Sobotka :

Bohuslav Sobotka, photo: Office du gouvernement tchèque
« Je suis persuadé qu’à long terme, nous ne pourrons pas nous passer d’une armée européenne commune. »

Le soutien que Bohuslav Sobotka a apporté à ce projet qui devrait être débattu lors des prochaines réunions du Conseil européen, fait pourtant l’objet de nombreuses critiques sur la scène politique tchèque. Ses opposants mettent en cause notamment la mission de cette structure qui peut apparaître comme un simple doublement de l’OTAN ; un argument que désapprouve Lubomír Zaorálek :

« Les Etats européens consacrent à la défense quelque 200 milliards d’euros, ce qui est plus que la Chine et la Russie réunies. Nous manquons pourtant d’efficacité, car ces ressources sont dispersées. Il existe par exemple des coopérations entre les pays scandinaves ou entre les pays du Benelux, mais l’UE n’est pas capable d’intervenir efficacement par exemple dans le cas d’un conflit dans son voisinage. Cela signifie que l’unification des moyens dans le domaine de l’industrie de la défense et la formation de structures militaires communes permettraient d’avoir une Europe capable d’agir même sans la participation de tous les membres de l’OTAN. »

Autre thème largement abordé par le Premier ministre : l’avenir de l’UE après le « Brexit ». Bien qu’il ait affirmé que l’institution avait besoin d’une réforme visant à une plus grande sécurité et à une meilleure croissance économique des pays membres, Bohuslav Sobotka a souligné l’importance de son unité :

« Je le répète, je suis fermement convaincu qu’il n’existe pas de meilleure alternative pour la République tchèque que l’appartenance à l’UE »

Lubomír Zaorálek, photo: MZV ČR
Parallèlement, le chef de la diplomatie a mis en garde contre une possible division de l’UE, qui pourrait résulter des différentes positions adoptées par la partie occidentale et par les régions centrale et orientale de l’Europe, notamment concernant la crise migratoire. Lubomír Zaorálek :

« Outre ce grand thème de la sécurité dont on parlera davantage, il convient aussi d’évoquer la diplomatie comme un moyen qui permette d’empêcher tout éventuel éloignement qui peut apparaître non seulement entre différents pays et régions du monde, mais également au sein de l’Europe. Selon moi, cet éloignement de différentes parties de l’Europe constitue un des dangers fondamentaux de notre ère. »

Une partie importante de cette réunion est consacrée également à la diplomatie économique. Tout en rappelant que la République tchèque avait récemment renforcé douze ambassades d’un « ambassadeur économique », Bohuslav Sobotka a souligné la volonté d’attirer davantage d’investisseurs étrangers. Cependant, le Premier ministre a également indiqué que l’une des missions des diplomates tchèques est d’aider les entreprises tchèques à pénétrer sur les marchés étrangers.

A noter enfin qu’une série de débats publics avec certains ambassadeurs tchèques sera organisée ce jeudi au palais Černín, siège du ministère des Affaires étrangères. Les participants opérant aux quatre coins du monde présenteront leurs travaux, les principaux devoirs d’un diplomate ou le fonctionnement quotidien des ambassades.