Le château et le parc de Vlasim invitent les visiteurs

r_2100x1400_radio_praha.png

Beaucoup de monuments, châteaux et jardins en République tchèque peuvent être refaits et embellis grâce aux moyens du fonds opérationnel régional de l'UE destiné au développement du tourisme. C'est le cas aussi de la ville de Vlasim qui vient en tête de liste de communes tchèques quant à l'octroi de subventions. Cet effort est visible notamment sur la rénovation du château et le vaste parc qui l'entoure et qui a l'ambition d'être pour ses visiteurs un lieu reposant et vivant à la fois. Direction donc la ville de Vlasim, située à moins de 70 km au sud-est de Prague...

Le mont Blanik
Quelques mots sur le passé de Vlasim : Les fouilles archéologiques prouvent la présence, au début de notre ère, d'un oppidum celte au pied du mont emblématique des Tchèques, Blanik situé non loin de la ville. Selon la légende, des chevaliers endormis à l'intérieur du mont mythique viendront en aide au pays dans ses moments les plus difficiles... La première mention écrite sur Vlasim figure dans le manuscrit dit de Milan datant du XIIIe siècle. La ville doit son nom aux seigneurs de Vlasim, ses propriétaires depuis 1303.

Aujourd'hui, Vlasim est une ville de 13 000 habitants, réputée, entre autres, pour la production de munition, la marque Sellier Bellot, connue dans le monde entier. La partie sud de Vlasim, autour de la place Zizka, a conservé la disposition d'origine, contrairement à la partie nord dont l'aspect est marqué par l'édification d'immeubles en panneaux unifiés, au début des années 1970. Ces tours en béton se dressent droit en face du château de Vlasim et gâchent son panorama. Le château, d'origine gothique, remanié dans le style Renaissance et baroque, a été endommagé lors d'un incendie qui s'est déclaré en 1992 lors des travaux de réfection. La nécessité des réparations, leur coût élevé, ainsi que l'état du parc et de ses nombreuses constructions romantiques laissées à l'abandon ont amené les autorités de Vlasim à remplir des demandes en vue d'obtenir des fonds communautaires. Petr Zapletal est l'auteur et le manager du projet intitulé « La reconstruction du monument culturel du château et du parc de Vlasim ». Il nous explique sa genèse :

« C'était en 2000, je me suis promené dans le parc et j'ai été frappé et séduit par le pavillon chinois, un peu endommagé mais conservé dans son état d'origine, et je me suis dit qu'il fallait absolument faire quelque chose pour le sauver et le faire vivre : j'ai commencé à organiser dans ses locaux des manifestations se référant à l'héritage culturel de la Chine ancienne et peu à peu, cette initiative s'est développée. Il s'est avéré que d'autres organismes et institutions comme l'Union des protecteurs de la nature et le centre d'information de Vlasim étaient intéressés par la rénovation du pavillon et du parc. C'est ainsi qu'est né le projet qui, après l'entrée de la Tchéquie dans l'UE, en 2004, a été sélectionné dès le premier tour. »

En 1744, la jeune propriétaire du domaine de Vlasim, Marie Joséphine de Falkenstein, épouse Carl Joseph Auersperg et trente ans plus tard, le couple crée le parc du château de style romantique inspiré par l'art des jardins à la française et à l'anglaise. Le parc est doté d'éléments antiques, exotiques, et chinois : temple d'Apollon, fontaines, chutes d'eau, petits bains, grottes artificielles, tonnelle mauresque, obélisque, ponts en pierre, statues, colonnes, pavillons... Les allées sont plantées de chênes et de peupliers pyramidaux, les espaces exposés richement décorés de fleurs. De nos jours, seules trois constructions ont subsisté - le pavillon chinois, la colonne de Samson et le belvédère surnommé le Vieux château. Petr Zapletal qui nous sert de guide dans le parc nous conduit vers le pavillon chinois qui, comme il dit est "une affaire de coeur" pour lui :

« Le pavillon chinois subit une reconstruction complète qui, dès qu'elle sera terminée en juin 2008, fera de lui le lieu le plus attrayant de tout le parc. La construction du pavillon est unique et sans précédent à l'échelle européenne. Les restaurateurs n'oublieront pas de doter le pavillon d'éléments qu'il possédait au moment de sa création, tels les clochettes en verre suspendues autour du toit et qui tinteront dans le vent, sans oublier les volières d'oiseaux exotiques... Le Vieux château, autre construction sauvegardée, proposera aux visiteurs une exposition de gravures du peintre tchèque Antonin Pucherna de la fin du XVIIIe siècle représentant le parc peu après sa création. »

Les travaux progressent et le complexe du château et du parc rend accessible aux visiteurs des locaux jusqu'ici fermés - l'ancienne brasserie, les couloirs souterrains du château, l'ancien pavillon de chasse aménagé en café, la porte d'entrée et la tour qui sert de belvédère... Les intérieurs du château abritent les collections d'armes historiques et de trophées de chasses, il y a aussi une salle de concert. Beaucoup de visiteurs se rendent dans le parc de Vlasim à cause d'un parcours pédagogique de 2,5 km, ou encore pour se promener à vélo sur une piste cyclable de 30 km encore inachevée, avec des arrêts près d'un petit lac qui permet des baignades, et qui traverse les lieux où se trouvaient autrefois les monuments précieux aujourd'hui disparus ou en fragments. Cette année, les touristes qui découvrent le parc et le château de Vlasim presque deux fois plus nombreux que l'année dernière...

10
49.706146200000
14.898057900000
default
49.706146200000
14.898057900000