Le chef de la diplomatie tchèque et le Proche-Orient

r_2100x1400_radio_praha.png

La Tchéquie pourrait devenir un médiateur lors de la recherche des issues à l'actuelle crise israélo-palestinienne. Une déclaration du chef de la diplomatie, Jan Kavan, faite lors de son actuel périple proche-oriental. Jan Kavan s'est déclaré satisfait du résultat des conversations, lundi, à Damas, avec le président de la Syrie, Basar Asad, qui lui a proposé d'organiser des rencontres d'experts des deux ministères en matière du Proche-Orient. Le président syrien a accentué le rôle de la Tchéquie en tant que futur membre de l'Union. On s'attend à ce qu'elle s'intègre de plus en plus dans la solution des problèmes de cette région. Le porte-parole du ministère, Ales Pospisil, y a réagi en indiquant que la République tchèque a de bons rapports tant avec Israël qu'avec les Etats arabes, et que sa diplomatie pourrait jouer un rôle de messager, d'intermédiaire, entre les deux parties.