Le directeur de la Banque d’exportation tchèque a démissionné

La Banque d’exportation tchèque, photo: Google Maps

Le directeur de la Banque d’exportation tchèque (ČEB), Jiří Klumpar, a démissionné de son poste vendredi dernier sous l’impulsion du ministre de l’Industrie et du Commerce, Jan Mládek, (ČSSD) ainsi que du ministre des Finances, Andrej Babiš (ANO). Les hommes politiques ont critiqué Jiří Klumpar pour avoir proposé la création d’une banque de consolidation pour gérer les créances à risque à hauteur de 16 milliards de couronnes (592 000 euros) que détient la ČEB en ce moment.

La Banque d’exportation tchèque, photo: Google Maps
En 2013, la Société de garantie et d’assurance des exportations (EGAP), une institution associée à la ČEB, a assuré 157 projets commerciaux dans 39 pays au total dont la valeur égale 63 milliards de couronnes, soit 2,3 milliards d’euros. La plupart du temps ces financements étaient à destination de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de la Turquie. En effet, le système d’assurance de la compagnie nationale EGAP est essentiellement utilisé par les entreprises à l’occasion d’exportations vers des pays à risque, où il est fréquent que les biens et services vendus soient impayés.

Néanmoins, la gestion de ces assurances s’est parfois faite de manière opaque, raison pour laquelle la police enquête actuellement sur un éventuel détournement des aides aux exportations tchèques, surtout vers la Russie, mais aussi vers les pays du Caucase ou de l’Afrique du Nord. Déjà en 2012, un rapport de l’Office suprême de contrôle tchèque (NKÚ) a révélé des manquements dans neuf dossiers de la Banque d'exportation tchèque (ČEB). Selon les conclusions du rapport, plusieurs milliards de couronnes ont été versés dans des investissements douteux qui ne remplissaient pas les conditions requises.

Ainsi, la démission du directeur de la ČEB après deux ans au poste intervient dans un contexte tendu. Les deux ministres ont annoncé que Jiří Klumpár a dépassé le cadre de ses fonctions en proposant la création d’une banque de consolidation à partir d’une partie de la ČEB. Ce dernier a néanmoins déclaré qu’il considère avoir accompli les tâches qu’il s’était données au moment de son accession au poste de directeur de la ČEB. Karel Bureš, qui lui succède, est expérimenté dans la gestion des situations tendues car il a occupé le poste de directeur de crise de la banque HSBC en Russie avant d’intégrer le comité d’administration de la ČEB au mois de janvier 2014.