Le « faux » baby-boom en Tchéquie, les JO et la météo...

r_2100x1400_radio_praha.png

« Quelques jours passés en ‘couple’ au bord de ‘la grande bleue’ – je ne vous oublie pas, chers amis. Un petit récepteur de poche fonctionnant avec 2 piles et l’écoute a pu se réaliser... sur la plage ! C’est par ce message quasi estival, signé Philippe Marsan, que débute ce numéro du Courrier des auditeurs.

A part cette jolie carte postée à Narbonne, Philippe Marsan nous a envoyé son rapport d’écoute daté du 8 avril :

« Toujours très appréciée cette rubrique DX que j’attends avec impatience un mardi sur deux, passionnante. En ce qui concerne la propagation, j’ai constaté des réceptions aléatoires selon le temps, hier, par exemple, temps couvert et gris, récéption très bonne à Lanton, en France. A Gujan-Mestras, au sud du Bassin d’Arcachon, la réception est moins bonne. Est-ce l’orientation ? Le Bassin d’Arcachon, sorte de mer intérieure et grande baie, sert de miroir aux ondes ? Y a-t-il une réflexion sporadique ?

Je laisse le soin à Alain Slivinský, en spécialiste, de vous répondre, dans une des prochaines rubriques DX.

Michel Arlie, de Barbazan-Debat, dans les Pyrénées, a écouté Radio Prague du 8 au 10 avril. Il témoigne, quant à lui, d’un confort d’écoute « assez moyen » le 8 avril et « bon » le lendemain. Il constate ensuite « des perturbations lors de la première partie de l’émission », diffusée le 10 avril. « Les dernières 15 minutes deviennent nettement meilleures », ajoute-t-il.

Jacques Augustin, de Rosny-Sous-Bois, en France, apprécie la nouvelle série de cartes QSL, dont il vient d’en recevoir quelques-unes : celle d’Emil Zatopek (sa préférence tchèque et sportive de tous les temps, paraît-il), et aussi celles de Jaromir Jagr et de Martina Navratilova. Nous vous remercions à notre tour, Jacques Augustin, pour les quinze rapports d’écoute que vous venez de nous adresser, mais surtout pour vos commentaires sur nos émissions. Vous nous écrivez, par exemple :

« J’ai été très attentif à la chronique des Chapitres de l’histoire sur mai 1968 en République tchèque. (...) Vos émissions sont bien structurées et diversifiées et rien ne manque pour trouver son bonheur sur l’actualité tchèque. Ainsi ai-je porté toute mon attention sur le radar américain qui sera installé sur le sol tchèque contre tout missile. Je crois à cet effet que la position de Vaclav Havel est courageuse. »

Une position, je rappelle, pro-américaine de l’ancien président, et plutôt minoritaire au sein de la société tchèque.

Vous nous posez ensuite, M. Augustin, une question d’ordre sociologique, à savoir si le taux de la démographie est rassurant pour l’avenir de la République tchèque. « Les crèches sont elles nombreuses pour encourager les jeunes à avoir des enfants ? », demandez-vous.

M. Augustin, alors que la France est actuellement championne d’Europe de la natalité, avec 2 enfants par femme, chez nous, l’indicateur de fécondité est fixé à moins de 1,44 enfants par femme... La situation est donc loin d’être idéale. Paradoxalement, ont parle à présent d’un baby-boom en République tchèque : en effet, en 2007, les Tchèques ont donné naissance à 114 600 bébés – un chiffre record depuis 1995. Si le système d’allocations familiales reste ici assez généreux par rapport au reste de l’Europe, les structures d’accueil pour la petite enfance font carrément défaut. La Tchécoslovaquie communiste disposait d’un vaste réseau de crèches et de jardins d’enfants, afin de permettre aux femmes d’intégrer le marché du travail. La chute du communisme est allée de pair avec la chute de natalité et la plupart de ces garderies ont fermé. Dans cette nouvelle ère du biberon que nous vivons, les parents demandent à la société de devenir plus flexible : de créer des garderies auprès des entreprises, par exemple, de simplifier la législation relative à la garde des enfants, de favoriser le travail à temps partiel, dont profitent seuls 8% des mères tchèques... Autant de sujets qui font et feront débat en Tchéquie.

Merci à Michel Beine, de Belgique, et Jean-François Meile, de France, qui nous ont récemment adressé leurs rapports d’écoute.

« Joyeux printemps à la rédaction française de Radio Prague », écrit Kristian Peeters, de Loncin, en Belgique. Joyeux printemps à vous aussi, M. Peeters. Un printemps que nous espérons tous beau et ensoleillé... même si, cette semaine, ça n’a pas été le cas à Prague – je réponds ainsi à Michel Minouflet de Cergy-Pontoise qui nous a écrit le 9 avril, je cite, « par une journée assez fraîche pour la saison. (...) J’ai entendu que vos confrères de Radio Roumanie Internationale ont annoncé hier les températures de 15 à 18 °C à Bucarest. Je les envie beaucoup ! » Vous aimeriez connaître, M. Minouflet, l’opinion tchèque sur les récents incidents survenus à Londres et à Paris au sujet du parcours de la flamme olympique. J’ai choisi pour vous l’avis d’une lectrice du quotidien Lidové noviny, qui s’explique sur les JO en général :

Le stade national à Pékin, photo: CTK
« Je ne partage pas l’avis du président du Comité international olympique, M. Rogge. Les Jeux olympiques ne traversent par une crise maintenant, ils l’ont traversée dans le passé déjà, lorsque ses représentants fermaient les yeux devant le dopage effectué dans les anciens Etats socialistes, avec le consentement des autorités de ces pays. Par la suite, cette crise s’est encore approfondie, étant donné que l’argent influe de plus en plus sur le déroulement des Jeux. »

A vous, chers amis, de nous écrire si vous partagez cette opinion sur la commercialisation totale des JO ou non. Par ailleurs, le sport (sous sa forme moins controversée) est au coeur du Concours 2008 de Radio Prague, auquel je vous invite vivement à participer. Vous trouverez ses règles sur notre site www.radio.cz. Au revoir et à très bientôt sur les ondes !