Le festival Cirkopolis, toujours très admiratif des compagnies françaises de cirque (1ère partie)

cirkopolis_fest2015.jpg

Après avoir connu un grand succès auprès du public tchèque au mois d’avril 2014, les organisateurs du festival Cirkopolis se sont lancés dans la préparation d’une deuxième édition, qui s’est achevée cette semaine à Prague. Parallèlement à la programmation principale, l’évènement a également organisé différents workshops, afin de faire croiser à la fois professionnels et amateurs du « cirque nouveau». Si la compagnie Defracto s’est présentée pour la première fois devant un public tchèque, la compagnie Oktobre, qui s’est produite au théâtre Ponec, est déjà venue à trois reprises, et ce dans la ville de Trutnov. Au micro de Radio Prague, Guillaume Martinet pour la Compagnie Defracto et Eva Ordonez-Benedetto pour la compagnie Oktobre, ont révélé successivement la façon dont chaque troupe conçoit son spectacle et leurs propres points de vue sur le cirque contemporain. Nous vous présentons alors la première partie de cette rencontre, qui a eu lieu en compagnie de Guillaume Martinet de la troupe Defracto, qui s’est produite au palais de l'Akropolis, avec son spectacle intitulé « Flaque », composé de jonglage, de musique, d’humour et d’une grande dose de talent et d’habileté.

L’improvisation ou la manière de voir l’écriture d’une œuvre

Le jonglage est au cœur de votre spectacle au même titre que l’improvisation. De quelle façon l’avez-vous construit ?

Guillaume Martinet : « La jongle est le centre, c’est absolument certain, et c’est même tout. C’est comme cela que l’on a considéré la chose. Pour nous c’est clairement un spectacle de jonglage et on se revendique jongleurs. C’est sûr et certain. L’envie que l’on a eu c’était de travailler ensemble avec Eric Longequel. C’était le point de départ. On s’est dit qu’au lieu de faire un spectacle, on va mettre les choses en question. On a mis tout ce qu’on a pu : qu’est-ce qu’une figure, qu’est-ce que lancer, jongler, qu’est-ce que le contexte du spectacle, la technique, la musique. On a tout mis sur la table en se disant : on pose réellement la question, quitte à ne pas faire le spectacle. Ce qui est rigolo, c’est que l’on a abouti à créer une méthode de travail pour créer une pratique plus qu’un spectacle. On a créé une grosse méthode d’entraînement. On a invité les gens à la regarder. Il y avait trois phases de méthode d’entraînement : une phase de gamme, comme les musiciens, une phase d’étude et une phase d’écriture. Avec les gens qui venaient voir, il se passait des choses. On a regardé ce qui faisait que les gens étaient attentifs ou ce qui les faisait réagir. On s’est dit que ces matières-là ont quelque chose en elles-mêmes, parce que même en mode entraînement, sans costumes, sans écriture de spectacle, sans le contexte, il se passe quelque chose. Nous avons donc choisi ça, on l’a travaillé et après on a fait une écriture de spectacle. C’est ce qui a été notre méthode pour créer cette œuvre ‘Flaque’. »

Quelle est la place de l’improvisation et de la comédie ?

'Flaque', photo: Site officiel du festival Cirkopolis Fest
« On travaille de manière abstraite. En réalité on ne travaille pas un objectif. On travaille des choses qui nous parlent nous, nous font rire nous, nous intéressent nous, ou qui ont de l’importance pour nous. Cette manière égocentrique de travailler nous amène à chercher des choses qui nous nourrissent. Quant à la place de l’improvisation, on peut dire que tout est important et que chaque détail compte. Pour nous, l’improvisation ce n’est qu’une manière de voir une écriture, où l’écriture est une improvisation particulière. C’est vraiment un gros débat. C’est quelque chose d’assez difficile à définir. Notre façon de travailler c’était de tout écrire. L’improvisation c’est une écriture instantanée. Il y a des phases dans le spectacle où on a écrit une structure : toi, tu vas faire cette diagonale, et au bout de cette diagonale, il va se passer quelque chose, et après tu iras à droite. En réalité, on décide sur le moment, comment on va aller à ce point-là. On a donc des écritures qui sont très différentes dans le spectacle. Cela se pré-chorégraphie au détail, puis on cherche l’état pour pouvoir nourrir cette écriture qui existe. Des fois, on a une structure et un enjeu, et on n’a aucune idée de comment le réaliser. Et c’est ce qui nous nourrit énormément pour le faire. Les deux pratiques sont « improvisatoires ». L’écriture du spectacle est fluide, et cela nous plaît beaucoup, parce que cela nous permet d’arriver face aux gens avec toujours la même excitation. La pièce est vivante pour nous de l’intérieur. »

La compagnie Defracto, une troupe très « globetrotteuse »

Comment est née la compagnie Defracto ?

« Au départ c’était l’envie de deux jongleurs, d’un musicien et d’une chargée de production. La naissance de ce projet, c’était l’envie de créer un langage corporel et jongler. C’est ce que l’on appelle par abstrait : à partir du moment où on peut exprimer des choses en manipulant des objets, en les lançant, en les touchant, en chutant avec. On est heureux. Et c’est ce qu’on a envie de porter sur le plateau, de faire voyager, ainsi que de rencontrer tout le monde avec. La compagnie est née de cette envie. Il y a les trois jongleurs, Minh Tam Kaplan, Guillaume Martinet et Eric Longequel, puis David Maillard, qui fait la composition musicale et la technique, Laure Caillat, qui fait l’administration et la production, et Pierre Morel qui fait la photographie. Dans le prochain projet, il y a aussi André Hidalgo, Van-Kim Tran, et pleins de gens qui sont proches de nous, parce qu’on aime bien faire beaucoup de choses. »

Quels sont les autres pays où vous vous présentez habituellement ?

'Flaque', photo: Site officiel de la Compagnie Defracto
« Le terme ‘habituel’ est difficile à définir, car on a envie de dire ‘oui’ tout le temps. C’est pourquoi le spectacle Flaque a aussi cette forme, car on a envie d’être tout terrain. On joue en France, on a joué en Suisse, en Allemagne, en Belgique. On est également allé au Danemark, en Suède, et en Finlande avec les autres pièces. On a aussi fait une grosse tournée en Afrique de deux mois, dans dix-neuf pays. On est également passé par le Brésil. Après, on a fait l’Angleterre, on est passé au Canada, on est passé en Israël. Il y en a d’autres que j’oublie. Ce qui nous plaît, c’est vraiment de pouvoir le faire. Donc, dès que l’on nous invite quelque part on dit ‘oui’, que ce soit en Franche-Comté ou en Thaïlande, on dira ‘oui’. Et c’est ça qui nous plaît, c’est l’idée du langage corporel jonglé, avec cette abstraction. C’est en dehors d’une langue, d’une culture. C’est vraiment quelque chose qui peut percuter partout, à partir du moment où il y a une personne qui le regarde. On aime beaucoup l’international pour ça, pour vérifier si le travail, si l’œuvre a cet impact. Et alors pour nous c’est gagné, on est heureux. »

L’importance de l’engagement personnel et collectif dans le cirque contemporain

Existe-il pour vous une définition du « cirque nouveau » ou du « nouveau cirque » ?

« Oui, et je te donne ma propre opinion : pour ma moi, le cirque nouveau ou le cirque contemporain, ce n’est qu’une institution. Point. C’est un groupe de gens, qui veulent soutenir des artistes qui font quelque chose. Ce sont des directeurs de structure, des artistes, des techniciens, des chargés de production. Cela crée un milieu qui a envie de perdurer, et qui cherche un moyen de perdurer ensemble. C’est ça pour moi le nouveau cirque. C’est donc très fonctionnel comme vision des choses. Il est clair que c’est assez indépendant des œuvres. Ce que l’on classe parmi le nouveau cirque, c’est seulement la cohérence d’un milieu socio-culturel, qui serait celui d’une institution. Parce qu’il y a pleins de choses qui sont assez étranges : pourquoi la jongle en fait partie, pourquoi le trampoline ou la gymnastique n’en font pas partie. C’est vraiment une question qui est assez curieuse. Dans la façon que l’on a de travailler avec Defracto, on a énormément de points de commun avec des danseurs hip hop. Quand on s’est rencontré avec eux sur la tournée africaine, lorsque l’on est passé du Congo, au Bénin et au Cap-Vert, alors à chaque endroit où il y avait des danseurs hip hop, lorsque l’on s’entraînait, on était dans le même état d’esprit, on a partagé des choses. C’étaient des rencontres fortes. Puis, à chaque fois que l’on entrait dans une école du cirque, on voyait des professeurs, on voyait des gens s’entraîner. Mais il y a avait pour nous une différence fondamentale, qui faisait que l’on se sentait plus proches des danseurs, que des circassiens, au sens école de cirque. C’est ce qui me fait dire que c’est une institution, et que les regroupements se font souvent sur une intention très agréable. On a envie de soutenir les gens. On fait des choix plus ou moins arbitraires, pour pouvoir créer des limites, débloquer les fonds, créer une communication ou mettre un nom ‘cirque nouveau’, pour dire qu’il y a des gens qui sont dans un état d’esprit avec certaines pratiques. Il y a une volonté des gens dans cette institution, de regarder qu’est ce qui peut s’exprimer à partir de ces techniques, ou avec ces techniques ou au travers de ces techniques. »

Qu’est-ce que le cirque continue de représenter pour vous ? Qu’est ce qui continue de vous y épater de vous y surprendre ?

'Flaque', photo: Site officiel de la Compagnie Defracto
« Ce qui me touche chez les gens qui font du cirque, c’est qu’ils s’engagent corporellement. Il est impossible de passer à côté de cela. Ça se trouve aussi dans la danse, dans le théâtre. Quand l’engagement est invisible, ou qu’il est impossible pour moi de le percevoir dans le cirque, je m’ennuie. Quand je le perçois dans la danse, j’adore, pareil dans le théâtre et dans le cirque, de même quand je le perçois chez un graveur ou chez un enfant qui travaille à écrire une lettre. Il y a vraiment une notion d’engagement qui me touche beaucoup. Quand je trouve ça dans le cirque, je suis heureux. Quand je trouve ça partout je suis heureux. »

Guillaume Martinet notamment dévoilé que la compagnie Defracto sera en tournée au mois de septembre prochain dans dix pays africains, comme le Congo, le Bénin, le Mali ou le Burkina Faso. A ce sujet, Guillaume Martinet a précisé :

« Avec Defracto, on aime beaucoup travailler en équipe. Il y a une grande confiance dans chacun d’entre nous. On se considère tous comme égaux, ce qui veut dire ‘également importants’. Même si nos pratiques et nos compétences sont différentes. On sent que tout le monde nourrit tout le travail. On met beaucoup d’énergie dans le travail pour pouvoir se dire : on est prêt à tout. Quoiqu’on nous propose, on pourra dire ‘oui’, parce qu’on a confiance dans la pièce, on a envie d’être face aux gens. Et c’est cette envie-là que l’on cultive beaucoup, plus que l’aspect ‘carte-postale’, qui est chouette, on s’entend, je dis ça avec tout l’amour du monde. Et en même temps, c’est vrai que pour les nécessités intérieures de la pièce, c’est mille fois plus riche de se préparer à tout en ayant qu’une vision très floue, et donc dès qu’on découvre des choses, il y a la capacité d’improvisation, qui fait que les dates, elles sont super agréables à faire à chaque fois. »