Le festival de Cannes vu par la presse tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Le cinéma tchèque ne se présente pas au Festival de cinéma de Cannes, nous l'avons dit. La presse tchèque lui consacre pourtant, quotidiennement, une grande attention. Un résumé avec Alena Gebertova.

La trêve entre Cannes et Hollywood. C'est dans cet esprit que les quotidiens tchèques commentent la présentation à Cannes du Moulin Rouge, film qui a ouvert le festival. D'autant qu'une autre superproduction américaine est encore programmée.

Par ailleurs, Moulin rouge a plu aux journalistes tchèques, présents à Cannes, avec quelques réserves quand même. Eva Zaoralova écrit dans Mf dnes que le film de Baz Luhrmann n'a presque rien à voir avec le film classique du même nom, tourné dans les années cinquante. Le spectateur n'apprend guère que Toulouse-Lautrec était peintre. Ceci dit, la critique avoue au film ses qualités, apprécie son goût du grand spectacle et les performances des acteurs... Tereza Brdeckova dans Zemske noviny compare Moulin rouge à un immense gâteau trop orné. Pour elle, c'est pourtant un produit très bien fait, un produit hollywoodien typique et, en même temps, un fruit de la mondialisation par excellence.

La presse tchèque rappelle à ses lecteurs qu'aucun film tchèque n'a été sélectionné pour Cannes. Le seul à avoir eu de la chance, le Monde en bleu foncé, du jeune Jan Sverak, lauréat d'un Oscar du meilleur film étranger, a fini par être au dernier moment refusé. Les raisons officielles de cette décision des organisateurs du festival n'ont pas été rendues publiques, peut-on lire dans le quotidien Lidove Noviny. Le Monde en bleu foncé qui est une histoire de pilotes tchèques en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale, sort la semaine prochaine sur les écrans tchèques... Mais les Tchèques ne sont pas les seuls à n'avoir pas de film dans la compétition. Selon le journal, ce sont par exemple, aussi, les Allemands et les Australiens, qui déplorent amèrement leur absence.