Le festival international Le Printemps de Prague inauguré

Ken-Itchiro Kobayashi, photo: CTK

Il est désormais une tradition qu'au mois de mai, les meilleurs musiciens de toute la planète se donnent rendez-vous au coeur de l'Europe. Le fameux festival de musique classique, Le Printemps de Prague, est, cette année, à sa 57ème édition, et il vient d'être inauguré.

Les mélodies envoûtantes de Ma Patrie de Bedrich Smetana, ouvrent, chaque 12 mai, date anniversaire du compositeur, le festival Le Printemps de Prague. Comme de coutume, les musiciens, chanteurs et ensembles de renommée internationale se feront acclamer dans les sales pragoises, et ceci jusqu'au 3 juin. Au total, 50 concerts et spectacles figurent au programme. Juste quelques noms de toute cette pléiade de vedettes : la mezzo-soprano Magdalena Kozena, accompagnée au piano par Malcolm Martineau, le pianiste turc Fazil Say, le célèbre baryton Matthias Goerne, ou encore l'Orchestre symphonique de Washington et la Philharmonie d'Oslo.

Ken-Itchiro Kobayashi, photo: CTK
Revenons au concert d'ouverture... Pour la première fois dans l'histoire du festival, la Philharmonie tchèque a joué Ma Patrie sous la baguette d'un chef d'orchestre non européen : le Japonais Ken-Itchiro Kobayashi, 62 ans. A-t-il su transmettre la beauté, le romantisme de cette composition on ne peut plus tchèque ? Absolument. Le concert terminé, le chef d'orchestre et les musiciens ont été récompensés, à la Maison Municipale de Prague, par des bravos enthousiastes, un déluge de fleurs et des applaudissements sans fin. Rien d'étonnant, la presse tchèque, elle aussi, fourmille de réactions favorables : Ken-Itchiro Kobayashi a dirigé, avec beaucoup de verve et d'énergie, et, en plus, de mémoire, souligne la critique. N'oublions pas que le chef d'orchestre japonais est un grand passionné de la musique romantique européenne, tchèque en particulier, et qu'il collabore régulièrement avec la Philharmonie tchèque.

Vaclav Havel et sa femme Dagmar au concert d'ouverture, photo: CTK
Parmi les personnalités qui ne peuvent pas manquer au concert d'ouverture du Printemps de Prague, le Président Vaclav Havel. Dans une interview, accordée, avant le début de cette fête musicale, à la Télévision tchèque il a dit : "J'ai déjà entendu beaucoup de versions de Ma Patrie. Bien que je ne sois pas un spécialiste, j'arrive à faire la différence entre elles. Je me rappelle surtout de Ma Patrie, dirigée par Rafael Kubelik, c'est ma préférée, je crois. Rafael Kubelik a vu naître le festival en 1946 et ensuite, il n'est revenu qu'après la Révolution de velours, tout comme Rudolf Firkusny, par exemple. En effet, après 1989, le Printemps de Prague s'est ouvert au monde et aussi aux Tchèques qui vivaient à l'étranger. Je pense qu'aujourd'hui, c'est une manifestation sans laquelle Prague, la vie musicale et la culture en tant que telle seraient inconcevables."

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture