Le miracle du cinéma tchèque des années 60

r_2100x1400_radio_praha.png

La semaine dernière, nous avons parlé, sur nos ondes de la sortie du livre Les films étroitement surveillés d'Antonin Jaroslav Liehm, journaliste tchèque fixé, depuis 1968, à Paris. Le livre présente, sous forme d'entretiens, les célèbres réalisateurs tchèques et slovaques des années 60. Ces dialogues entre le journaliste et les cinéastes sont nés justement à cette période-là, mais... l'histoire a voulu que le livre ne paraisse en République tchèque que trente ans après. Antonin J. Liehm, au micro de Magdalena Segertova, sur la belle époque du cinéma tchèque...

Résumé de l'entretien :Pendant les années 60, quatre générations de cinéastes tchèques ont eu, pour la première fois dans leur vie, la possibilité de faire plus ou moins ce qu'ils voulaient. A ce moment-là, le cinéma tchèque avait au moins une vingtaine de réalisateurs mondialement connus. Le cinéma tchèque était donc très fort. Et riche, varié : il y avait des cinéastes un peu plus âgés qui tournaient leurs meilleurs films, et aussi la jeune génération, appelée la nouvelle vague, représentée par Forman et les autres. Pourtant, il n'y avait pas de conflit de générations, comme, par exemple, en France...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture