Le nombre de retraités augmente plus vite que celui d'actifs

La République tchèque est confrontée à un choc démographique provoqué par le départ à la retraite des classes d'âge correspondant au baby boom des années d'après-guerre. Les statistiques du ministre du Travail et des Affaires sociales sont claires : jamais dans l'histoire du pays, le nombre de retraités n'a été aussi élevé que maintenant.

Sur 10 millions d'habitants qui vivent en République tchèque, 1 420 000 sont à l'âge de retraite. L'année dernière, on a enregistré le plus grand accroissement du nombre de retraités, de presque 70 000, dit Karel Sedlacek, du ministère du Travail et des Affaires sociales, selon lequel cette évolution continuera jusqu'à l'an 2011. L'année dernière, c'était le tour des départs à la retraite des années 1944 - 45 pour les hommes et de 1946 et 1950, pour les femmes. Les Tchèques restent, en plus, plus longtemps en retraite ce qui s'inscrit dans une évolution démographique fondamentale : la prolongation de la durée de vie. Depuis les 10 dernières années, elle a augmenté pour arriver à 72,8 ans chez les hommes et à 79,2 chez les femmes.

Une conséquence qui en découle est d'ordre économique : il reste à assurer le financement des retraites. Les retraites sont payées à partir des cotisations sociales des employés actuels. La proportion est un retraité sur 2,5 actifs. A l'avenir, elle changera au détriment des retraités. Selon l'analyste de Patria Finance, David Marek, les problèmes se posent dès maintenant et d'ici à 2014, ils seront alarmants : le budget de l'Etat plongera dans un déficit énorme dont il ne sortira que si une réforme du système des retraites est lancée dans l'immédiat. L'année écoulée en a déjà fourni un exemple : à 257 milliards de couronnes destinées aux retraites, le gouvernement a dû ajouter 10 milliards supplémentaires, sinon, il n'y aurait pas eu de quoi payer, à Noël, les retraites...