Selon le ministère des Finances, l’Etat pourra financer les pensions de retraite jusqu’à 2060

Photo: Filip Jandourek, ČRo

L’Etat aura assez de fonds pour financer le système des pensions de retraite au moins jusqu’en 2060. Cette annonce résulte d’un rapport relatif à l’état de l’économie nationale en République tchèque, préparé chaque année par le ministère des Finances et envoyé à Bruxelles. Selon le document, le système restera en négatif tout au long de cette période, les dépenses ne devant néanmoins pas dépasser plus de 2 % du PIB.

Photo: Filip Jandourek,  ČRo
Dans les années à venir, le gouvernement subventionnera les pensions de retraite à hauteur de dizaines de milliards de couronnes perçues par l’intermédiaire de la TVA et d’autres taxes. D’après le ministère des Finances, cela permettra aux retraités de bénéficier « de solides revenus ».

« Il y a également plus d’argent dans le système des assurances sociales, le bilan négatif des pensions ne cesse de diminuer. Ceci est dû à un taux de chômage très bas », a indiqué le ministre des Finances, Andrej Babiš.

Si la coalition affirme le contraire, les partis de l’opposition estiment toutefois que le système a besoin d’être réformé. « Quand l’économie va bien, le déficit représente 30 milliards de couronnes (1,1 milliards d’euros) par an, quand la situation n’est pas favorable, il s’élève à 50 milliards de couronnes (1,85 milliards d’euros). C’est-à-dire que la dette culmine chaque année et la situation devient intenable », estime le chef du groupe parlementaire des députés ODS, Zbyněk Stanjura.

Zbyněk Stanjura,  photo: Filip Jandourek,  ČRo
Pourtant, depuis 2017, les ministres des Finances et du Travail entendent augmenter la pension moyenne de 300 couronnes (11 euros), ce qui représenterait la plus importante croissance depuis 2011. Cette augmentation coûterait annuellement environs 13 milliards de couronnes (481 millions d’euros) à l’Etat.

Actuellement, près de 3 millions de retraités vivent en République tchèque. Les pensions de retraite forment près d’un tiers de toutes les dépenses de l’Etat. En 2012, cette somme a représenté en totalité plus de 380 milliards de couronnes (14 milliards d’euros), cette année, elle devrait dépasser, pour la toute première fois, même 400 milliards de couronnes (14,8 milliards d’euros).