Le nouveau gouverneur de la CNB

r_2100x1400_radio_praha.png

A compter du 1er décembre de cette année, la CNB (Banque nationale tchèque) sera dirigée par un nouveau gouverneur. Informations par Alain Slivinsky.

Les milieux politiques ne sont pas des plus satisfaits. Le président de la République, Vaclav Havel, a décidé de nommer gouverneur de la CNB (Banque nationale tchèque) - plus loin banque centrale, Zdenek Tuma, jusqu'à maintenant vice-gouverneur. Rappelons, tout d'abord, quels sont les pouvoirs de la banque centrale : elle fixe les taux d'intérêt, contrôle la stabilité du cours de la monnaie, donne son accord sur la personne qui peut diriger une banque et décide qui peut acheter ou vendre une banque. Le moins satisfaits du choix du Président est, certainement, le Premier ministre, Milos Zeman. Ce week-end, lors de la réunion de la présidence de la social-démocratie, Milos Zeman a confirmé que ses opinions diffèrent de ceux du nouveau gouverneur de la banque centrale, en ce qui concerne les taux d'intérêts et la situation économique du pays. Il n'est pas d'accord sur la hausse des taux d'intérêt en fonction du développement économique. Le Premier ministre avait déjà émis de fortes réserves sur la nomination du nouveau gouverneur par le Président Havel, la semaine dernière. Ce week-end, il a déclaré : « Nous ne sommes pas d'accord avec le nouveau gouverneur de la banque centrale sur le fait que le développement économique du pays aurait augmenté d'une telle manière qu'il permettrait la hausse des taux d'intérêt. Je pense que la relance économique n'est pas assez élevée pour cela ». Le Premier ministre n'hésite pas à affirmer que le président de la République a, ainsi, pris la responsabilité des décisions futures de la banque centrale. Selon lui, elles pourraient conduire à une détérioration du développement économique du pays. C'est aussi l'avis du leader du principal parti de l'opposition, l'ODS, Vaclav Klaus, président de la Chambre des députés tchèques. D'après ce dernier, ce sera un malheur pour l'économie du pays. D'un autre côté, certains économistes renommés prennent le parti du Président et acceptent son choix. La nomination de Zdenek Tuma contribuera à faire de la CNB une institution indépendante de la bonne ou mauvaise volonté des hommes politiques.