Le palais Buquoy ouvre de nouveau ses portes

Le palais Buquoy, photo: www.france.cz

C'est un des principaux charmes et attraits des Journées européennes du patrimoine qui se déroulent ces jours-ci : les gens ont l'occasion de visiter, outre des monuments « classiques », également ceux qui normalement demeurent fermés au large public. Comme en 2005, c'est aussi le palais Buquoy, siège de l'Ambassade de France à Prague, qui ouvrira, ce dimanche 16 septembre, ses portes. M. Charles Fries, Ambassadeur de la République française, pour plus de détails.

« Nous le faisons dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Au départ, ces Journées sont une initiative française, de M. J. Lang, qui a créé en 1985 les Journées françaises du patrimoine et, petit à petit, les partenaires européens de la France se sont approprié cette idée et donc aujourd'hui, c'est un événement européen. Naturellement, la République tchèque qui dispose d'un patrimoine extraordinaire fait la même chose. L'ouverture du palais Buquoy s'inscrit dans ces Journées européennes en République tchèque. C'est la deuxième fois que le palais Buquoy ouvre ses portes. La première fois, c'était en 2005. En 2007, nous espérons accueillir, comme il y a deux ans, au moins 3 000, 4000 personnes ».

Que pourront voir les visiteurs ?

« Tous les salons officiels de l'ambassade seront ouverts au public, qu'il s'agisse du grand escalier d'honneur avec le superbe portrait de Charles Bonaventure de Longueval, le fameux comte de Buquoy, dont les descendants avaient acheté ce palais en 1748, la grande salle à manger où s'est tenu ce célèbre petit-déjeuner le 9 décembre 1988, entre le président Mitterrand et un groupe de dissidents, au sein duquel il y avait un certain Vaclav Havel et un an plus tard, Vaclav Havel devenait président de la République tchécoslovaque. Ce petit-déjeuner a été très important dans l'histoire entre nos deux pays. Il y a bien sûr le salon de musique où de grands artistes se sont produits - Mozart et Ravel, par exemple. Il y a ce que l'on appelle le salon Charles X, Charles X ayant vécu très longtemps à Prague et c'est dans ce salon qu'a été tourné l'une des scènes du film de Milos Forman, Amadeus.

Salon Richelieu, photo: www.france.cz
Et pour la première fois, nous allons montrer au public pragois un tableau qui, jusqu'à présent, ne figurait pas dans les salons officiels de la résidence. C'est un tableau de Gabriel Revel qui a été peint en 1682 et représente un portrait d'homme. C'est un tableau d'un grand peintre français de l'époque de Louis XIV qui a été offert à la France par une association tchécoslovaque en 1930. Selon les experts, c'est le seul tableau de Revel en République tchèque. Entre les deux guerres, les relations entre la France et la Tchécoslovaquie ont été tout à fait extraordinaires, extrêmement denses. La France a été le premier pays à soutenir l'indépendance de la Tchécoslovaquie, avant même sa proclamation officielle le 28 octobre 1918. La France a été le premier pays à y envoyer une mission diplomatique. La France a été aussi très impliquée, après la Première Guerre mondiale, dans l'organisation militaire de l'armée tchécoslovaque... »

Est-ce qu'on connaît assez l'histoire de la famille française Buquoy qui a acheté le palais en 1748 ?

Le comte de Buquoy, photo: www.france.cz
« A l'origine, ce n'était pas une famille française. Le comte de Buquoy était un des héros de la Montagne blanche, mais côté Habsbourg. C'est lui qui commandait les troupes impériales et qui a battu les Etats protestants de Bohême. Il était d'une famille qui venait d'Artois et de Wallonie. Après cette victoire, les Buquoy se sont intégrés dans le pays. En Bohême, c'est devenue une grande famille aristocratique, grâce aussi à de multiples mariages. Elle a acheté en 1748 ce bâtiment. En 1919, elle l'a loué à la République française, après la naissance de la Tchécoslovaquie, parce que cette famille aristocratique voyait d'un coup ses revenus chuter. Elle a peut-être compris qu'il fallait passer le relais, en l'occurrence, à un Etat comme la France. Dans l'histoire de la famille, il faut rappeler que les Buquoy, entre les deux guerres, ont choisi la nationalité allemande. Ils ont été expulsés et ont quitté le pays en 1945 ».

Le palais Buquoy a-t-il connu des chapitres dramatiques ? Les inondations en sont probablement un...

« Le rez-de-chaussée du palais a été inondé en 2002 avec des dégâts considérables. Le palais a été le théâtre de grands événements politiques - j'ai déjà mentionné le petit déjeuner Mitterrand - Havel du 9 décembre 1988 -, le président Chirac est venu dans ce palais lors d'une visite officielle en 1997. C'est un lieu où il y a des tournages de films, j'ai cité Amadeus, c'est un lieu où se sont produits de grands artistes, à quelques pas de là, Chateaubriand et Beethoven ont séjournés.

Salle à manger, photo: www.france.cz
C'est donc un palais tout à fait extraordinaire, à la fois par son architecture, par son patrimoine mobilier et également extraordinaire par son histoire. Finalement, l'histoire de ce palais, c'est l'histoire de votre pays... Ce que j'aimerais également souligner, c'est qu'à l'occasion de cette Journée européenne du patrimoine, selon le site internet de l'Association des villes historiques de Bohême, Moravie et Silésie, nous sommes la seule ambassade à ouvrir ses portes au public. J'insiste là-dessus, car il me semble que vu le patrimoine que cela représente, je tenais tout particulièrement à ce que le public pragois et tous ceux qui y passeront puissent voir et apprécier ce formidable joyau de l'architecture baroque et découvrir ce palais qui est vraiment au coeur de la relation franco-tchèque, aujourd'hui ».