Le Parc national de Monts des Géants fête ses 45 ans

Photo: CzechTourism

Direction le nord de la Bohême et les Monts des Géants – Krkonoše. 55 000 hectares de ce territoire ont été classés parc national il y a tout juste 45 ans, le 17 mai 1963. Son nom en tchèque – KRNAP – est le sigle des initiales de Krkonošský národní park - Parc national des Monts des Géants. Le parc est fameux pour sa toundra, son climat, ses sommets et ses eaux comme l’Elbe qui y prend sa source et qui forme des chutes, à plusieurs endroits. Les Monts des Géants sont les montagnes tchèques les plus fréquentées en toute saison. Le mont Sněžka est, avec ses 1602 mètres, la plus haute montagne de Bohême. Špindlerův Mlýn, Harrachov, Janské Lázně et Pec pod Sněžkou sont les noms des stations de montagne les plus connues.

Photo: CzechTourism
Quelle est l’histoire du parc national des Monts des Géants et ses richesses naturelles ? On écoute Jakub Kašpar du ministère de l’Environnement :

« La toundra dite sub-alpine est incontestablement la partie la plus précieuse du parc – ce sont les parties en haute altitude recouvertes, en partie, de buissons et de pins à crochets que connaissent les amateurs des randonnées le long des sommets et près des sources de l’Elbe. C’est ce qui est le plus précieux et unique, à une échelle internationale, car la toundra a été inscrite, en 1992, dans le réseau de réserves biosphériques de l’UNESCO. Le parc est aussi fameux par ses nombreuses tourbières comme le pré de Pančava ou la tourbière du mont Noir, qui ont une importance car elles abritent des espèces de plantes et d’animaux de marécage rares. »

Photo: CzechTourism
La flore des Monts des Géants est riche, avec des espèces endémiques à aire de diffusion restreinte qu’on ne trouve que sur ce territoire, continue notre guide :

« Si on devait énumérer toutes les espèces animales et végétales rares qui font leur apparition dans les Monts des Géants, ce serait une longue liste : parmi les plantes, je vais citer la clochette de Bohême, le pédiculaire des marais ou l’alisier dit des Sudètes. Quant aux animaux, la gorge bleue est la plus magnifique – bien que cet oiseau vive aussi ailleurs en Europe, il y a très peu de localités où on la trouve, hormis la toundra des Monts des Géants. »

Le Parc national des Monts des Géants a été créé il y a 45 ans, mais l’idée de préserver le milieu naturel des plus hautes montagnes tchèques de l’action de l’homme est apparue il y a plus de cent ans, rappelle Jakub Kašpar :

Jan Nepomuk Harrach
« La première protection des Monts des Géants date de 1904 : le gouverneur général impérial et royal à Prague a alors publié un arrêté sur la conservation de la flore des Monts des Géants menacée à l’époque par la cueillette de plantes médicinales. La même année – impossible de dire aujourd’hui si c’était un concours de circonstances ou une action coordonnée du gouverneur général de Prague et du comte Jan Nepomuk Harrach – ce dernier qui possédait de vastes domaines dans les Monts des Géants a créé la première réserve sur le territoire de l’actuel parc national. Elle s’étendait sur une superficie de 60 hectares et le comte Harrach a ainsi décidé de consacrer une partie de son domaine à des processus naturels. Le premier projet de création du parc national a vu le jour en 1923. La guerre qui approchait a causé d’importants dégâts dans les Monts des Géants, par l’édification des voies de communication et des fortifications en béton le long de la frontière. L’Etat est revenu à la protection de la nature après la fin de la guerre. La création des différentes réserves a abouti, le 17 mai 1963, à la proclamation du parc national des Monts des Géants. »

Photo: CzechTourism
Le parc national des Monts des Géants a vécu ses moments les plus noirs au milieu des années 1980 où les forêts étaient menacées de disparition par les émissions de souffre et d’autres matières nuisibles. Un territoire de près de 10 000 hectares a alors été déboisé et le parc a été mis sur la liste des parcs les plus menacés. La situation s’est améliorée au début des années 1990, avec la désulfuration des usines chimiques dans la région frontalière tchéco-polono-allemande. Plus de 18 millions d’arbres, dont épicéa, sorbier et hêtre, ont été plantés, entre 1992 et 2000, dans les Monts des Géants.

Sněžka, photo: CzechTourism
Le parc national change de visage aussi du fait de l’activité du bâtiment. Au sommet du mont Sněžka, une nouvelle station des postes a remplacé le chalet de Česká bouda. La démolition de cette dernière a dégagé la vue de la dominante historique de Sněžka – la rotonde Saint-Laurent. En quittant le sommet, on arrive après 3 km de marche près d’un autre chalet réputé, Luční bouda, situé au milieu de la plaine appelée Bílá louka - le pré blanc, faisant partie de la première zone protégée du parc naturel. Ce chalet au passé mouvementé, fondé ici en 1623, plusieurs fois incendié, a été en 1993 privatisé et ses propriétaires l’ont aménagé en une pension de luxe. Les écologistes qui s’inquiétaient d’abord des dégâts causés par les camions et des dameuses craignent maintenant pour le chemin qui y conduit et qui relie Sněžka à la commune de Pec pod Sněžkou. Car les nouveaux résidents de Luční bouda ont le droit d’arriver jusque là avec leurs voitures qui détruisent le milieu naturel. Et les pressions exercés par les investisseurs dans les Monts des Géants augmentent : au mois d’avril, la société néerlandaise Middle Europe Investement a proposé un investissement d’un milliard de couronnes qui transformerait la station de montagne Pec pod Sněžkou en une ville commerciale, avec des parkings, un tramway, des magasins et des hôtels de luxe. Le projet, qui a aussi ses partisans, est en train d’être étudié par la mairie et s’il est adopté, les travaux commenceraient en 2010.