Le pouvoir d’achat augmente (lentement) en République tchèque

Photo: Tomáš Adamec, ČRo

Le pouvoir d’achat moyen des habitants de la République tchèque a augmenté en 2016, après trois années de stagnation. C’est le constat d’une étude réalisée par la société GfK, qui indique cependant que les Tchèques sont largement en deçà de la moyenne européenne et ne devrait pas rattraper leur retard dans les années à venir.

Photo: Tomáš Adamec, ČRo
L’index existe en effet depuis sept ans et le pouvoir d’achat en Tchéquie s’est toujours trouvé dans une fourchette allant de 51 à 59% de la moyenne européenne. Cette année, il représenterait 56,8% de cette moyenne. Les Tchèques ont d’ailleurs un pouvoir d’achat inférieur à celui des Slovaques et des Slovènes et ont été doublé ces dernières années par les Estoniens et les Lituaniens. « Nous nous en sortons mieux que la plupart des pays de l’espace centre et est-européen », remarque tout de même l’étude de l’entreprise GfK.

Les Tchèques se placent 26e sur un index qui s’intéresse à 42 pays. Tout cela rejoint ce que répète régulièrement Josef Středula, le président de la Confédération tchéco-morave des syndicats, quand il estime qu’il faudra des dizaines années avant que le salaire moyen tchèque puisse être comparable à celui des pays d’Europe occidentale. C’est pourtant ce que nombre de Tchèques pouvaient espérer, dans les années 1990, au sortir du communisme et avec l’horizon de l’adhésion à l’Union européenne.

Les auteurs de ce document expliquent toutefois qu’il n’est pas ou plus pertinent d’imaginer une ligne de démarcation entre un « ouest riche » et un « est pauvre ». Ils observent des inégalités intra-étatiques. En Tchéquie, il y aurait ainsi la capitale Prague, la région de Bohême centrale qui l’entoure, ainsi que les villes régionales importantes d’un côté, où le pouvoir d’achat est relativement élevé, et des zones où celui-ci atteint des niveaux très faibles, en particulier le nord-ouest de la Bohême et le nord de la Moravie.

Prague reste en effet sans surprise la région la plus riche du pays ; le pouvoir d’achat y représente environ 130% de celui de l’ensemble de la République tchèque. Il est cependant en baisse relativement à la moyenne nationale.