Le président tchèque a passé une semaine de travail aux Etats-Unis

Vaclav Klaus aux Etats-Unis, photo: CTK
0:00
/
0:00

Deux thèmes majeurs ont été évoqués, lors de la visite du chef de l'Etat tchèque, Vaclav Klaus, la semaine dernière, aux Etats-Unis : la construction d'un radar américain en Tchéquie qui ferait partie d'une base anti-missiles en Europe centrale, et l'abolition éventuelle des visas américains pour les citoyens tchèques.

Vaclav Klaus aux Etats-Unis, photo: CTK
Rappelons tout de suite qu'il ne s'agissait que d'une visite de travail et que, pour cela, Vaclav Klaus n'a pas rencontré le président des Etats-Unis, George Bush, qui était d'ailleurs en voyage officiel en Amérique latine. Par contre, il s'est entretenu avec George Bush senior. Dans les relations entre les Etats-Unis et la République tchèque, il existe actuellement deux grands thèmes et ils ont été largement évoqués lors de cette visite. Le président tchèque s'est vu affirmer par le ministre américain de la Défense, Robert Gates, et le vice-président Richard Cheney que les Etats-Unis négocient l'implantation d'un radar américain sur le territoire tchèque avec les représentants de la Fédération russe. Les Etats-Unis ont même proposé à la Russie de participer à ce projet. D'après Vaclav Klaus, les Etats-Unis sont prêts à participer à la discussion et à l'explication du problème en Tchéquie. Par contre la question de la participation de l'OTAN est une toute autre chose, comme l'explique le président tchèque :

« Ce n'est pas une question d'ordre bilatéral. C'est une question qui concerne l'OTAN et les membres de l'Alliance. Je pense que la partie américaine ne serait pas contre l'admission d'un tel projet en tant que projet de l'OTAN. Pourtant, elle sait très bien que dans la phase actuelle, il n'en peut être question. »

Vaclav Klaus et Nancy Pelosi, photo: CTK
Le bureau du vice-président américain a déclaré, après sa rencontre avec le chef de l'Etat tchèque, qu'il appréciait la contribution grandissante de la République tchèque à la sécurité mondiale dans le cadre de l'OTAN que la coopération dans la défense anti-missiles renforcera encore. Le second grand thème, l'abolition éventuelle des visas américains pour les citoyens tchèques, a été évoqué tout juste avant que le Sénat examine le projet de loi sur cette question. Alors que les citoyens des Etats-Unis peuvent venir en Tchéquie sans visa, les Tchèques sont soumis à une procédure compliquée. Aussi bien lors de sa rencontre avec la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qu'avec d'autres personnalités, Vaclav Klaus a été assuré que l'obligation de visa pourrait être abolie dans peu de temps. Il pourrait être question du début de l'année 2009.