Le Prix Franz Kafka décerné à l’écrivain Arnošt Lustig

r_2100x1400_radio_praha.png

L’écrivain tchèque Arnošt Lustig s’est vu attribuer, ce jeudi, le prix littéraire international Franz Kafka qui est décerné depuis 2001 par la Franz Kafka Society et le maire de Prague à un auteur qui, par sa création, contribue aux valeurs de la démocratie, de l’humanisme et de la tolérance et dont l’œuvre parle au lecteur sans égard à la nationalité et la culture, tout comme l’œuvre de Franz Kafka.

Arnošt Lustig avec Le Prix Franz Kafka, photo: CTK
Après le Français Yves Bonnefoy l’année dernière, Arnošt Lustig est le deuxième Tchèque, avec Ivan Klíma, à se voir attribuer ce prix accompagné d’un chèque de 10 000 dollars et d’une miniature de la statue Kafka érigée à Prague. Survivant de l’holocauste et mémoire vive du XXe siècle, Arnošt Lustig âgé aujourd’hui de 81 ans est l’auteur de scénarios et romans comme Dita Sax et Prière pour Kateřina Horowitz portés à l’écran. Il se dit reconnaissant pour ce prix :

« C’est un prix très sympathique d’abord pour le prix lui-même ensuite parce que c’est l’un des prix les plus prestigieux décernés dans ce pays, c’est en fait l’unique prix international décerné en Bohême. Ses lauréats, dans le passé, étaient Philip Roth, Elfdriede Jelinek et Harold Pinter, et donc, bien évidemment je suis très heureux d’être dans la ‚lignée‘ de ces auteurs vraiment éminents. »

Chaque succès est dangereux, ajoute en même temps Arnošt Lustig qui estime qu’un roman est bon s’il est lu pendant 50 ans. Pour lui, Prière pour Kateřina Horowitz fait partie de ces livres. Ces jours-ci, Arnošt Lustig sort une prose « Les bouleaux blancs » qui est une nouvelle version des « Les bouleaux blancs en automne » sortis en 1966.

Avec son fils, le réalisateur Josef Lustig, il prépare un documentaire sur les lieux d’anciens camps de concentration. A l’âge de 15 ans, Arnošt Lustig est passé par Terezín, Auschwitz et Buchenwald et a réussi à échapper à un convoi de la mort à Dachau. Cette expérience a marqué toute sa création. En 1948, il est parti en tant que correspondant couvrant la guerre israélo-arabe. Emigré en 1968 aux Etats-Unis où il a enseigné dans plusieurs universités, Arnošt Lustig partage depuis 1990 sa vie entre l’Amérique et la RT où il a aussi ses élèves et donne des cours de composition créatrice.