Le Rapport sur l'extrémisme en conseil ministériel

r_2100x1400_radio_praha.png

Les mouvements extrémistes en République tchèque s'activent. Par rapport à l'an 1999, le nombre de délits et crimes à caractère raciste a augmenté de plus de quinze pour cent. Un constat fait dans le Rapport gouvernemental sur l'extrémisme, discuté, ce mercredi, en conseil ministériel. Rédigé par le ministère de l'Intérieur, le cabinet ne l'a pas approuvé. « Il faut le détailler, pour que la lutte contre l'extrémisme soit plus efficace », dit le Premier ministre, Milos Zeman. L'extrémisme de gauche comme de droite est en hausse en Tchéquie. En ce qui concerne le combat contre l'extrémisme de droite, le ministre de l'Intérieur, Stanislav Gross, en fait une priorité. Il l'a dit en réaction à un récent concert de groupes néonazis, non loin de Prague. Dans ce sens, une coopération entre les polices tchèque et allemande est mise au point. Il s'agit en particulier d'échanges d'informations concernant les concerts de groupes skinheads en République tchèque et en Allemagne.