Le Sénat tchèque après les élections

r_2100x1400_radio_praha.png

Les résultats des élections sénatoriales ont remué la scène politique tchèque. La répartition des forces a changé de base. Le Sénat nouvellement élu marque la fin de l'axe l'ODS - la CSSD. Un résumé avec Jarka Gissubelova.

Le vainqueur des sénatoriales partielles - la coalition des Quatre - a décroché 39 sièges. L'ODS et la CSSD, deux partis liés par l'accord d'opposition et jusque-là les plus forts au Sénat, ont perdu la majorité absolue qu'ils avaient. Dorénavant, ils n'auront ensemble que 37 sièges du nombre total de 81. Cela signifie qu'ils ne réussiront pas à imposer les changements de la Constitution de la République tchèque convenus, il y a deux ans, dans l'accord d'opposition. Ces changements consistant notamment dans la limitation des compétences du président de la République. Le fameux accord d'opposition semble perdre sa raison d'être sur le sol du Sénat. Or, le chef du cabinet et des sociaux-démocrates, Milos Zeman, ainsi que le chef de la Chambre des députés et de l'ODS, Vaclav Klaus, assurent que l'existence de cet accord n'est pas menacée, car il est le résultat des élections parlementaires. Miroslav Macek, vice-président de l'ODS, estime pourtant que le sort de l'accord d'opposition fera l'objet d'un débat. D'autre part, la social-démocratie ne risque pas, selon lui, la chute du gouvernement car sans la nouvelle loi électorale, l'ODS n'est pas intéressé par les élections anticipées. Lundi soir, l'ODS a publié une déclaration essentielle sur une coopération gouvernementale avec le vainqueur des sénatoriales, la coalition des Quatre: Nous avons salué la défaite de la gauche, du fait que cela crée un espoir en un prochain gouvernement de droite dans le pays.

Pour l'instant, il n'est pas clair qui sera élu à la présidence du Sénat au remplacement de Libuse Benesova, l'ODS. Compte tenu des résultats, ce sera certainement quelqu'un de la coalition des Quatre, à condition qu'il jouisse du soutien de deux candidats indépendants sans lesquels la coalition n'a pas de majorité au Sénat. Parmi les noms dont on spécule, il y a ceux de Helena Rögnerova, sans-parti, et de Josef Zieleniec, coalition des Quatre et ancien chef de la diplomatie. On parle aussi de Petr Pithart, chrétien-démocrate, ancien président du Sénat, mais aussi de nouveaux sénateurs qui ont travaillé au niveau communal.

Ajoutons que les résultats définitifs des élections seront rendus publics dans la journée de mercredi. Et de là commencera à courir le délai de dix jours pendant lesquels les plaintes sont recevables.