Après les municipales et les sénatoriales partielles

r_2100x1400_radio_praha.png

On assiste à une certaine redistribution des cartes, après les municipales et les sénatoriales partielles.

Le chef de l'ODS, Vaclav Klaus, photo: CTK
En ce qui concerne les municipales, le vainqueur en est le Parti civique démocrate, l'ODS. Il a remporté encore plus de sièges de conseillers municipaux, que lors des élections précédentes. En fait, il devrait diriger la majorité des grandes villes tchèques. Une satisfaction après une défaite aux législatives de juin dernier. Les grandes villes, c'est aussi la capitale de la Tchéquie, Prague. Ici aussi, l'ODS a remporté le plus de sièges. D'un autre côté, cette formation ne dispose pas de la majorité. Elle devra donc former une coalition avec un autre parti. Le plus proche serait le parti de l'ancien maire de Prague, les Démocrates de Jan Kasl. Refus de l'ODS qui semble préférer une coalition avec ses anciens partenaires à la Chambre des députés, les sociaux-démocrates. Avec ces derniers, l'ODS aurait la majorité à l'Hôtel de ville de Prague. En plus de cela, l'ODS a remporté un grand nombre d'autres mairies pragoises, dans les arrondissements.

La composition du Sénat après le deuxième tour des élections, graphique: CTK
Au Sénat, la situation est plus compliquée, avec la victoire, aussi, de l'ODS, lors des élections partielles. Il s'agissait du renouvellement d'un tiers des sénateurs, donc 27 sur 81. Il faut dire que la situation est des moins claires à la chambre haute du Parlement tchèque. Elle est compliquée par une hausse du nombre de sièges remportés par les formations indépendantes et par la présence de sénateurs représentant l'ODA (Alliance civique démocrate absente de la Chambre). Néanmoins, l'ODS, qui dispose du plus grand nombre de sièges, revendique la fonction de président du Sénat. Elle est occupée, jusqu'à maintenant, par Petr Pithart, représentant les chrétiens-démocrates. Pour ces derniers les sénatoriales ont été une cuisante défaite : cinq sénateurs de moins.

Les négociations au Sénat n'ont pas donné de résultat concret, elles vont se poursuivre au sein des différentes formations politiques. L'ODS propose un candidat de choix au poste de président de la chambre haute : Madame Dagmar Lastovecka, ancien maire de Brno, une personnalité de cette formation politique de droite, dans l'opposition aujourd'hui. Autres changements à noter, après les sénatoriales et les municipales : de nouvelles personnalités politiques montent sur la scène, il y aura plus de municipalités dirigées par les communistes et les chrétiens-démocrates ne digèrent que difficilement leur défaite.