Le violoniste Josef Suk s'en va

r_2100x1400_radio_praha.png

Le violoniste tchèque, Josef Suk, a annoncé officiellement son intention de mettre fin à sa carrière. Vaclav Richter.

Comment ne pas être musicien quand on est né dans une famille qui a donné à la musique tchèque deux grands compositeurs, quand on est arrière-petit-fils d'Antonin Dvorak et homonyme et petit-fils de Josef Suk? Bien sûr, la naissance n'est pas tout et il a fallu beaucoup de travail et d'abnégation à cet homme né en 1929 pour devenir digne de ses illustres ancêtres. Disciple du virtuose Jaroslav Kocian, Josef Suk refuse d'abord de participer à des concours internationaux et laisse mûrir son talent. Ce n'est qu'en 1959, donc à l'âge de 30 ans, qu'il obtient en commun avec le pianiste Jan Panenka, le Grand Prix de l'Académie Charles Cros à Paris. En 1961 il est nommé soliste de l'Orchestre philharmonique tchèque et entame une grande carrière qui le mènera dans toutes les métropoles culturelles du monde. Il réussit à tirer de son stradivarius un chant émouvant, la générosité et la beauté de son ton sont exemplaires. Il met son talent au service de Bach, de Mozart, de Bartok, de Berg et de Stravinski, mais il est bien sûr aussi un interprète privilégié de la musique de Dvorak et de Suk. Il réserve beaucoup de temps également à la musique de chambre et contribue d'une façon décisive à la renommée mondiale du Trio Suk. Jeudi dernier, le violoniste a annoncé à la presse qu'il envisageait de mettre fin à sa carrière à la fin de cette année. A Pâques il sera encore la personnalité majeure du petit festival organisé dans la salle Espagnole du château de Prague, intitulé Josef Suk et ses amis. "J'aime Beethoven, j'aime Mozart, mais la musique de Dvorak parle le plus à mon coeur, dit-il. Cela pourrait être considéré comme une tare héréditaire, mais je peux vous certifier que nous n'avons aucun Japonais dans la famille, et pourtant les Japonais, eux aussi, considèrent Dvorak comme leur favori." Voici donc un peu de musique de Dvorak qui est si proche au coeur de Josef Suk, un fragment du Concerto pour violon et orchestre.