L’économie tchèque connaît sa pire récession depuis 2010

Koronakrize, foto: Gerd Altmann, Pixabay / CC0

Même si pour l’heure encore dans une moindre mesure que dans d’autres pays, la pandémie de coronavirus a secoué aussi l’écomomie tchèque. Celle-ci s’est en effet contractée de 2% au cours du premier trimestre de cette année, selon les chiffres communiqués par l’Office tchèque des statistiques, ce mardi. Il s’agit de la récession la plus importante depuis le début de l’année 2010.

Il s’agit également d’une baisse du produit intérieur brut de 3,4% par rapport au dernier trimestre 2019. Ces chiffres confirment la légère révision à la baisse par rapport aux premières estimations communiquées à la mi-mai (2,2% avaient alors été annoncés pour le premier trimestre). Comme ailleurs en Europe, ce recul de l’activité est la conséquence des diverses mesures de restriction prises depuis la mi-mars par le gouvernement dans le cadre de la crise du coronavirus.

Outre la forte baisse de la demande en provenance de l’étranger et des investissements des entreprises, la faible consommation des ménages est également à l’origine de cette contraction de la croissance. Les secteurs de l’industrie de transformation, du commerce, des transports, du logement, de l’hôtellerie et de la restauration ont été les plus touchés.

Récemment, la Commission européenne a fait savoir qu’elle prévoyait pour l’ensemble de l’année 2020 une chute de 6,2% en République tchèque, dont l’économie est fortement dépendante des exportations sur le marché européen, tandis que le ministère des Finances prévoit, lui, une récession de l’ordre de 5,6%.