Les clés d'or de Petr Sis

tri_zlate_klice.jpg
0:00
/
0:00

«Tous les sujets de mes livres parlent de grandir dans une société où il est dangereux d'exprimer ses idées, » dit le dessinateur et écrivain tchèque Petr Sis. Pour pouvoir s'exprimer librement, il a quitté son pays. Depuis 1984 il vit et travaille aux Etats-Unis. Ce cinéaste de profession s'est imposé dans la littérature pour enfants par la richesse de son imagination et la simplicité de ses moyens. Désormais chaque livre qu'il dessine et écrit est impatiemment attendu par les petits et les grands lecteurs.

Quelques moments importants dans la biographie de Petr Sis:

Un vidéo-clip qu'il réalise pour le chanteur Bob Dylan n'est pas accepté. En 1984 il obéit finalement au conseil de Maurice Sendak, illustrateur et auteur célèbre de littérature enfantine, et quitte Los Angeles. Un mois seulement après son arrivée à New York, le journal New York Times publie son premier dessin. Il commence donc à travailler comme dessinateur de presse et illustre aussi les livres d'autres auteurs. Il travaille notamment pour le New York Times, le Washington Post, Time, Newsweek, mais ses dessins paraissent par exemple aussi dans Le Monde. En 1987 paraît le premier livre qu'il a écrit et illustré, « Un Rhinocéros arc-en-ciel », et c'est un succès. Petr Sis devient peu à peu un auteur de livres pour enfants connu et apprécié.

En 1995 Jacqueline Kennedy-Onassis lui demande de faire un livre sur Prague et il crée l'ouvrage intitulé « Les trois clés d'or de Prague ». Peter Sis réalise également une fresque pour l'Aéroport International de Baltimore-Washington. Ses livres sont souvent récompensés par des médailles et d'autres distinctions et certains de ses dessins sont désormais considérés comme de grandes oeuvres d'art et font leur entrée dans des musées.


Aujourd'hui Petr Sis vit à New York. Il est marié, il a deux enfants, il est l'auteur à part entière d'une vingtaine d'ouvrages et a orné de ses illustrations quelque cinquante livres d'autres auteurs. Il pense que sa prédilection pour les livres illustrés lui est venue dès sa plus tendre enfance grâce à la bande dessinée.

« La bande dessinée était le terrain sur lequel je poussais. Quand maman était petite, mon grand-père construisait des gares à Cleveland et à Chicago entre 1927 et 1928. Et maman, quand elle était petite fille, était avec lui. Mon grand père collectionnait les bandes dessinées, les suppléments du dimanche avec des dessins qui racontent une histoire. Et il a relié ces bandes dessinées dans un grand livre. C'est la seule fois dans ma vie qu'un livre a été plus grand que moi parce qu'il s'agissait de pages de journaux reliés. Moi, je ne savais ni lire, ni écrire, mais je pouvais quand même suivre l'histoire, d'image en image. Alors depuis tout petit, je vivais avec ces histoires racontées par des dessins. Au fond je voudrais faire des livres avec des images. Seulement la signification de ces images n'est pas tout à fait évidente et l'éditeur veut que je l'explique d'une certaine façon. Alors c'est pourquoi il y a un texte, mais je ne crois pas que ce texte soit remarquable. »


Parmi les plus grands succès de Petr Sis il y a des livres inspirés par les grandes personnalités de l'histoire, Christophe Colomb, Galilée, Darwin et dernièrement Mozart. Présenter de tels génies aux enfants semble impossible, mais Petr Sis a relevé ce défi. Certains de ces livres s'adressent à sa fille Madeleine, en tchèque Madlenka, c'est à elle qu'il raconte ses histoires. Pour son père, cinéaste qui a tourné au Tibet, Petr Sis crée le livre « Le Tibet, les secrets de la boîte rouge ». Et c'est grâce à l'initiative de Jacqueline Kennedy que voit le jour le récit «Les trois clés d'or de Prague ». Au début des années 1990 la veuve du président américain travaille dans une maison d'édition de New York. Elle a visité Prague et est tombée amoureuse de la ville, de son architecture et de ses statues. Elle trouve en Petr Sis un artiste idéal pour rendre hommage à cette ville. L'artiste crée alors un livre dans lequel il raconte à sa fille Madeleine ce que Prague représente pour lui, il insuffle la vie à l'histoire de la capitale et aux mythes qui la hantent. Il lui faut trois clés d'or, trois vieilles légendes pragoises, « Le chevalier Bruncvik », « Le Golem » et « Maître Hanouch », pour rouvrir les portes secrètes de la ville de son enfance, pour revenir à la maison après une longue absence. Dans la préface de la traduction française du livre paru aux éditions Grasset l'écrivain Dominique Fernandez évoque la méthode utilisée par l'auteur pour saisir la magie d'une ville :

« Avec Peter Sis, un simple chat qui passe la queue levée sur le pavé humide prend un aspect fantastique. Nulle plume ne pourrait évoquer aujourd'hui avec plus de talent, plus de sensibilité, plus de charme ce qui fait la magie inusable de Prague, ce mélange de beauté calme et d'irréalité angoissante. Paysage d'arcades et de toits pointus, de jardins clos et d'escaliers aventureux, la capitale de la Bohême palpite ici d'une vie secrète et intense. Laissons-nous conduire à la suite de l'artiste, retrouvons avec lui, enfin délivré de quarante ans de dictature, la ville à laquelle aucune des vicissitudes de son histoire torturée n'a ôté la moindre parcelle de sa séduction. »