« Les feuilles qui cachent l'arbre », « dormir comme du bois »

Foto: Štěpánka Budková

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Avant que n'arrive l'automne et que ne tombent les premières feuilles, c'est aux arbres - stromy, et à ce que nous pourrions appeler leur langage que nous allons nous intéresser pour cette fois. Une manière de découvrir quelques expressions relatives à ce végétal qui nous est si cher.

Partout dans le monde, une multitude de symboles, de mythes et de légendes accompagnent l'arbre, trait d'union entre la terre et le ciel. L'arbre est à la fois symbole de la vie et un témoin du temps et des générations qui passent. L'arbre a besoin de l'eau, de la terre et de l'air pour vivre et il donne le bois pour le feu. L'arbre, qui se dresse vers le ciel, symbolise la force, comme un père pour un enfant. Et puisqu'il se dresse haut dans le ciel, l'arbre symbolise l'élévation de l'âme, symbole spirituel.

Puisqu'il symbolise la force, en tchèque, on entendra parfois dire d'un jeune homme qu'il « est bien constitué, bâti, taillé, charpenté comme un bouleau » - « je urostlý jako bříza », un arbre vigoureux au port élancé, ou « comme un sapin » - « je urostlý jako jedle ». Un garçon grand et mince peut, lui, être comparé à un peuplier, un arbre à la croissance rapide - « je štíhlý a urostlý jako topol ». Le chêne, qui peut mesurer jusqu'à 40 mètres de hauteur et vivre des centaines et même des milliers d'années, apparaît également dans quelques expressions. Peut-être parce qu'il symbolise la pérennité, on entendra également parfois dire d'un homme qu'il « a la santé d'un chêne » - « je zdravý jako dub ». Le chêne possède un tronc droit et puissant, et son bois est apprécié pour l'ameublement ou la tonnellerie. Voilà pourquoi un Tchèque peut aussi être « fort comme un chêne » - « silný jako dub ». Enfin, quelqu'un de têtu, qui a la tête dure, aura « une tête en chêne » - « mít dubovou hlavu ».

Toujours à propos des arbres, signalons encore cette jolie expression « kluk jako buk », soit littéralement « un garçon, un gamin comme un hêtre ». Cela ne veut pas dire grand-chose en français, mais en tchèque, cette expression doit son existence uniquement à sa rime. Elle est employée pour complimenter un gamin qui se porte bien, semble en bonne santé et a bonne mine. Par exemple, elle est souvent utilisée au moment de la naissance d'un petit garçon. Si le bébé est bien potelé, si c'est un bon gros pépère comme on aime les voir, les Tchèques s'émerveilleront de ses formes rondes en s'exclamant « je to kluk jako buk ! ».

Passons à une expression que l'on connaît également en français, à savoir « c'est l'arbre qui cache la forêt » - « pro stromy les nevidět ». Si l'on s'amusait à traduire la version tchèque mot à mot, cela nous donnerait à peu près « ne pas voir la forêt à cause des arbres », mais cela ne change rien au sens de la phrase, à savoir que des détails empêchent de voir l'ensemble d'une chose. En tchèque, il existe également une autre expression similaire selon laquelle « on ne voit pas l'arbre à cause des feuilles » - « pro samé listí nevidět strom », soit plutôt « les feuilles qui cachent l'arbre ». Là encore, cela veut dire que l'on ne voit pas ce qui est évident, mais aussi, parfois, selon le contexte, que l'on manque de subtilité, de compréhension, d'une certaine forme d'intelligence.

Toujours à propos de l'arbre en général, lorsque l'on entame un travail fatiguant, une tâche longue et difficile, on pourra dire très joliment et de manière imagée que l'on « plante la hache dans un grand arbre » - « zatít sekeru do velkého stromu ».

Et si nous avons planté la hache dans l'arbre, c'est certainement avec l'idée de faire tomber celui-ci et de récupérer son bois - dřevo. Le bois, à la symbolique très riche depuis tout temps, que l'on retrouve également dans de nombreuses expressions. Curieusement pourtant, malgré toutes les valeurs positives qu'il porte, il possède parfois une connotation négative. C'est le cas, notamment, des expressions « bête comme du bois » - « hloupý jako dřevo », ou « sourd comme du bois » - « hluchý jako dřevo ». Autrefois, de quelqu'un d'insensible, par exemple aux charmes d'une femme, on pouvait entendre dire qu'il était « fait de bois » - « být ze dřeva ». En revanche, si vous affirmez que vous n'êtes « pas de bois » - « nejsem přece ze dřeva », cela indique que vous n'êtes qu'un homme, un être humain avec tous les défauts qui sont ou qui peuvent être les nôtres. Rien à voir, donc, avec la version française selon laquelle « ne pas être de bois » signifie ne pas manquer de sensualité.

« Etre du même bois » - « být z téhož dřeva » - et « ne pas être du même bois » ou plus précisément « être d'un autre bois » - « být z jiného dřeva » - sont également deux expressions plus ou moins courantes. « Etre du même bois » que quelqu'un d'autre indique que les deux personnes en question partagent les mêmes opinions, tandis que « être d'un autre bois » veut dire que les deux personnes comparées n'ont pas le même caractère.

Enfin, précisons encore que comme les Français dorment comme un loir, une marmotte ou un bébé lorsqu'ils ont un sommeil profond, les Tchèques, eux, peuvent « dormir comme du bois » - « spát jako dřevo ». Toutefois, s'ils ronflent un peu trop fort, alors c'est peut-être parce qu'ils « coupent, scient du bois » - « řezat dřevo ».

En espérant ne pas vous avoir plongés dans un sommeil profond et que nous ne dormez donc pas comme du bois, c'est ainsi que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions relatives aux arbres - stromy, et au bois - dřevo. En attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !