Les nouvelles grâces présidentielles

r_2100x1400_radio_praha.png

Les grâces présidentielles sont souvent source de critiques au sein de la population tchèque et parmi certains représentants politiques. Vaclav Havel est critiqué tant par les choix qu'il fait, tant par le nombre d'amnisties. En l'espace d'une année, Vaclav Havel octroie en moyenne entre cent et quatre cents grâces. Dans ce contexte, le quotidien MF Dnes publie une donnée intéressante. Le nombre de grâces accordées par l'actuel Président est beaucoup plus bas que celui accordées par le Président communiste, Gustav Husak, son prédécesseur. Ce dernier aurait accordé quelques milliers de grâces par an... On évoque la question des grâces dans la presse au moment où Vaclav Havel vient de grâcier une nouvelle dizaine de personnes. Parmi elles, par exemple, un Albanais, extradié du pays. Le verdict est annulé suite à la naissance d'une fille à lui, en République tchèque.