Les origines du Sparta et du Slavia Prague

Foto: CTK

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Comme vous le savez peut-être si vous suivez l'actualité sportive en République tchèque, la semaine écoulée a été marquée par la tenue du 266e derby de l'histoire entre les deux clubs les plus célèbres du football tchèque, le Sparta Prague et le Slavia Prague. Deux clubs aux noms bien connus non seulement en République tchèque, mais aussi de l'ensemble des amateurs de ballon rond en Europe, les deux clubs pragois participant régulièrement aux coupes continentales. L'idée de cette émission ne sera pourtant pas d'évoquer la rivalité ou l'aspect sportif du derby, mais plutôt de présenter les origines de ces deux clubs historiques, créés à la fin du XIXe siècle.

Sparta - Slavia, photo: CTK
Le Sparta club des ouvriers et le Slavia club des intellectuels et d'une certaine élite. Résumer et présenter ainsi en quelques mots l'identité et la culture des deux principaux clubs pragois serait sans doute un peu trop simpliste, mais n'est pas non plus dénué d'une certaine exactitude et fidélité historique.

Pour nous en persuader, commençons avec le plus ancien d'entre eux, le Slavia Prague, fondé en 1892 par des étudiants en littérature ou plus précisément des jeunes gens regroupés au sein d'un club littéraire et oratoire appelé Slavia. A l'origine, pourtant, il ne s'agissait pas d'un club de football mais de cyclisme. Deux ans plus tard, le club littéraire et oratoire Slavia fut cependant dissous par la police au motif d'« activités répétées et incessantes contre l'Etat menées par la majorité de la jeunesse estudiantine ». Une dissolution qui n'empêcha pas les membres du club de continuer à se rencontrer, et quelques mois plus tard, en 1895, les autorités autrichiennes autorisèrent la constitution du club sportif du Slavia.

Très vite, les couleurs et le symbole du club furent choisis. Le rouge et le blanc, les couleurs slaves, furent adoptées, la couleur blanche symbolisant alors la pureté de l'idéal sportif et d'une lutte d'honneur, dans laquelle l'adversaire n'est pas considéré comme un ennemi, mais comme un concurrent respecté, tandis que la couleur rouge symbolise, elle, le coeur qui est mis, engagé, dans les matchs et la lutte sportive. Le maillot est donc divisé en deux moitiés blanche et rouge, une étoile rouge à cinq branches étant brodée sur la poitrine, dans la partie blanche du maillot. De cette étoile, notons qu'elle a la particularité d'avoir une de ses branches dirigées vers le bas, et ce parce que cette étoile représente un espoir nouveau et toujours renouvelé exaltant l'esprit et une âme forte même dans les périodes d'insuccès et d'échec.

De ces deux couleurs rouge et blanche différentes de ce club slave qu'était donc comme son nom l'indique le Slavia, notons encore qu'elles étaient alors censées montrer qu'aucun homme, aucune chose ne possède une seule face, et qu'il convient de trouver une harmonie entre la volonté et l'esprit, entre la force et la finesse technique, entre l'enthousiasme et la déception, et même entre le soleil, la lumière et l'ombre. Enfin, le contraste plaisant, gai, entre les deux couleurs témoigne qu'une activité sportive doit être pratiquée avec un plaisir sincère qui offre satisfaction sur le terrain mais aussi en dehors.

Ainsi donc pour les grands principes de ce club intellectuel qu'était à ses origines le Slavia Prague. Plus d'un siècle plus tard, on ne peut bien entendu s'empêcher de regretter que ses idéaux du sport ne soient plus respectés, tout comme on le constate trop souvent pour l'idéal olympique et plus généralement dans le sport professionnel.

L'autre grand club historique de Prague, aujourd'hui le plus populaire et le plus titré du football tchèque, est donc le Sparta, fondé seulement un an après le Slavia, en 1893, par de jeunes passionnés de sport. Le nom de Sparta fut choisi car la culture antique et la mythologie grecque étaient alors très à la mode. Notons que c'est en 1896 que fut disputé le tout premier derby de l'histoire entre ce que les Tchèques appellent les « S pragois », le Sparta et le Slavia, et qu'il fallut attendre onze ans pour assister au suivant, les relations entre les deux clubs étant alors déjà froides et très tendues.

A ses débuts, le Sparta, club pauvre et qui attira vite la classe ouvrière, disputait ses matchs sans disposer de maillot aux couleurs bien définies. Ce n'est qu'un peu plus tard qu'un drapeau tricolore bleu, rouge et jaune fut adopté, le bleu étant la couleur de l'Europe et le rouge la couleur royale. Quant au jaune, curieusement, les raisons de son choix n'ont pas été conservées et ne sont plus connues aujourd'hui. Reste que depuis 1906, les joueurs du Sparta portent un maillot rouge, et ce pour la simple raison que cette année-là un dirigeant revint d'un séjour en Angleterre et à Londres avec un jeu de maillots du célèbre club d'Arsenal. Depuis donc, le Sparta Prague a conservé la couleur et évolue en rouge avec un short blanc et des chaussettes noires.

C'est ainsi que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré, une fois n'est pas coutume, au sport, au football et aux origines des deux plus grands clubs tchèques, le Slavia et le Sparta Prague. En attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine pour un autre thème, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !