Les producteurs de fruits prévoient de faibles récoltes, en raison des gelées tardives

Photo: Flicker/bbum via Foter, CC BY-NC-ND

Les producteurs de fruits s’attendent à une mauvaise année. La récolte 2017 sera en effet inférieure de 23 % à celle de l’an dernier, en raison des gelées tardives à la fin du mois d’avril et au début du mois de mai. Il s’agira aussi de la deuxième plus basse récolte sur le territoire tchèque depuis 1990. Les pertes sont estimées à près de 500 millions de couronnes (19 millions d’euros), a fait savoir le président de l’Union des fruiticulteurs tchèques, Martin Ludvík. Selon les estimations, la récolte de cette année s’élèvera à 115 000 tonnes de fruits, contre 150 000 tonnes l’an dernier.

Photo: Flicker/bbum via Foter, CC BY-NC-ND
Les impacts du gel tardif ont été plus mauvais seulement en 2011. A l’époque, les fruiticulteurs ont récolté un peu plus de 101 tonnes de fruits, soit l’une des plus faibles exploitations depuis 50 dernières années.

La récolte de pommes, le fruit le plus répandu sur le marché tchèque, devrait accuser une perte de 22 % pour atteindre 98 000 tonnes. C’est la région de Moravie du Sud qui a été le plus gravement touchée, les récoltes des pêches et d’abricots annonçant des baisses de 70 % (soit à peine 302 et 656 tonnes). Les récoltes des griottes, des cerises et des prunes devraient également voir sa part baisser notablement.

Le ministre de l’Agriculture, Marian Jurečka, a indiqué qu’il s’efforcerait de persuader le gouvernement de donner aux fruiticulteurs frappés des compensations financières au montant de 200 millions de couronnes (7,6 millions d’euros). D’après Martin Ludvík, certains producteurs doivent en effet faire face à de graves problèmes économiques.

La production de fruits a été endommagée par des gelées tardives pour la sixième fois depuis 2007 déjà. Les pertes se manifesteront notamment par une hausse de prix d’abricots. Le prix d’autres fruits sera influencé par le marché européen.