Les relations tchéco-hongroises

Les assises de la Convention de l'Union européenne, photo: CTK

Les assises de la Convention de l'Union européenne, à Bruxelles, sont aussi une bonne occasion pour les rencontres bilatérales. Ainsi donc, le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan, et son homologue hongrois, Janos Martonyi, ont pu parler des relations tchéco-hongroises, à la suite des déclarations du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, concernant les Décrets Benes.

Les assises de la Convention de l'Union européenne, photo: CTK
Les assises de la Convention de l'Union européenne, à Bruxelles, sont aussi une bonne occasion pour les rencontres bilatérales. Ainsi donc, le ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan, et son homologue hongrois, Janos Martonyi, ont pu parler des relations tchéco-hongroises, à la suite des déclarations du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, concernant les Décrets Benes. Leur opinion est commune : cette affaire ne devrait pas envenimer les rapports bilatéraux ou la coopération des pays membres du groupe de Visegrad, le V 4. Les deux ministres sont pour la continuation de la collaboration, mais ils ne pensent pas qu'une rencontre, au niveau des Premiers ministres des quatre pays membres, pourrait avoir lieu, avant les élections législatives en Hongrie. Le ministère hongrois des Affaires étrangères a fait savoir qu'il ne comptait pas discuter avec la partie tchèque, par l'intermédiaire des médias. Pourtant, le ministère a émis des réserves sur les déclarations du Premier ministre tchèque, Milos Zeman ; celui-ci avait qualifié les politiciens qui remuent le passé « d'impotents politiques »