Les seniors sous les feux des projecteurs

Jan Saudek, photo: CTK

Deux photographes, Jan Saudek et Roman Sluka, et des étudiants d’écoles de photographie de Prague et de Brno, ont répondu à l’appel de la fondation « Senior joyeux » pour créer une collection de photographies qui a fait le tour du pays avant que les meilleurs clichés aient été sélectionnées pour un calendrier 2008. Il a été présenté au café Louvre à Prague.

Photo: CTK
L’originalité du calendrier tient dans le fait que les stars sous les feux des projecteurs sont des seniors. « Le calendrier est né en réaction aux priorités actuelles de notre société qui incline unilatéralement vers le culte de la jeunesse, la beauté et la réussite. La perfection physique est au sommet de la hiérarchie des valeurs, alors que la vieillesse, la sagesse, l’expérience n’y ont presque pas de place » ont écrit, dans l’introduction du calendrier, les fondatrices de la fondation au nom un peu provocateur « Senior joyeux ». Elle vu le jour en août 2006 pour aider les seniors, car cette place reste vacante sur le marché des activités caritatives, dit l’une des fondatrices Eliska Klepalova :

Jan Saudek, photo: CTK
« Les recettes de toutes nos actions sont destinées aux seniors. Nous contribuons à l’achat d’appareils de réhabilitation et d’équipements médicaux mais nous aidons aussi les seniors qui vivent chez eux et qui souffrent de solitude. Tous les jeudis nous les invitons au cinéma ou au théâtre, et nous nous sommes lancés dans une activité très prometteuse : nous essayons de contacter et relier deux générations, celle des personnes âgées et celle des enfants dans des foyers de l’enfance. Le temps passé avec eux est ce qui manque le plus à ces enfants, et le temps est, justement, ce qui ne manque pas aux seniors. »

Jan Saudek, photo: CTK
Les photos du calendrier Senior joyeux ont été sélectionnées par le plus célèbre des photographes tchèques Jan Saudek, malheureusement absent à la présentation, et qui est aussi l’auteur de deux d’entre elles : l’une de sa mère qui tient dans sa main encore une autre petite photo de sa jeunesse, et l’autre de son père portant une étoile de David, qui rappelle le destin tragique de sa famille pendant la guerre. Tous les visages dans le calendrier sont habités par des âmes émanant le charisme et la sagesse. Un modèle, Gustav Singer, médecin et ancien légionnaire sur le front russe, s’est confié :

« C’était une surprise pour moi qu’ils aient voulu me photographier. Au début, je ne savais pas que c’était pour un calendrier, excusez-moi, je suis un peu ému… »

La plupart des photographies pour le calendrier ainsi que pour l’exposition ont été créés par les jeunes, étudiants d’écoles de photographies, montrant la vieillesse non pas comme une exclusion mais comme une partie naturelle de la vie.