Les souvenirs de vacances

0:00
/
0:00

La rentrée est là mais vos lettres, vos cartes postales et vos courriels ont quand même encore un parfum de vacances. Vous nous parlez de vos vacances, vous faites dans vos lettres le bilan des mois d'été, vous évoquez vos voyages qui ont conduit, quelques uns parmi vous, jusqu'à la République tchèque. Ce seront donc surtout ces missives au parfum de vacances qui seront citées dans cette émission.

Prague
Tout d'abord un extrait d'un courriel du photographe et notre auditeur Dominique Denault de Bretagne. De retour de Plzen et Konstantinovy Lazne, il nous écrit: «C'est mon troisième séjour en République Tchèque depuis avril 2006. J'ai été invité l'année dernière par l'Alliance Française de Ceske Budejovice pour y exposer mes photographies. J'ai eu le "coup de foudre" ... comme votre auditeur Anthony Löser. Depuis, je suis retourné deux fois dans votre pays. Que de belles, et moins belles, découvertes dans la rencontre avec une région et ses habitants. Votre site en français me permet de garder le lien avec ce pays qui me passionne.»

« Cela faisait un bout de temps que j'avais envie de vous envoyer un nouveau rapport d'écoute, lisons-nous dans une missive de M. Eric Billan de France. J'ai enfin trouvé le temps pour vous faire parvenir celui-ci. J'ai particulièrement apprécié la rubrique « Le tchèque du bout de la langue » et l'histoire des ponts de Prague et leurs descriptions. Une qualité audio très satisfaisante pour cette émission en ondes courtes captée sur un poste analogique traditionnel. Je ne suis pas partisan des postes numériques trop sophistiqués à mon goût et qui ne proposent pas de « suspens » quant à la qualité sonore reçue... hi ! Amitiés à l'ensemble de la rédaction française de Radio Prague. »


Les intérêts de nos auditeurs sont aussi larges que surprenants. Nous avons lu par exemple dans un récent courriel :

« Je m'appelle Arnaud Van De Casteele et suis doctorant en Socio-Anthropologie à l'Université de Tours en France. Depuis 2003 j'ai entrepris de mener ma thèse en prenant pour objet culturel l'absinthe et en portant mon intérêt à la réhabilitation de cette boisson. "Artemisia Absinthium revival - en quête du goût perdu- sociologie et anthropologie des pratiques de production, de consommation et des processus de construction patrimoniale et identitaire autour de l'absinthe". Autrement dit, saisir les constructions culturelles contemporaines de l'Absinthe : la réactualisation de l'aura autour de cette plante, les transformations et dynamiques sociales de la boisson, les consensus du mythe "moderne".

Cette recherche est la première à se consacrer à l'Anthropologie de l'Absinthe, poursuit notre auditeur, et fonde son analyse sur une démarche ethnologique (Enquête participante de terrain, monographie, interviews, vidéo) pratiquée sur les différents lieux de réappropriation/ présence de la Fée Verte, Green Fairy, Azzensio, Absenta, Absinth, etc... Les territoires de l'enquête, fréquentés régulièrement, débutent sur les territoires locaux de l'arc jurassien franco-suisse, avec les « berceaux historiques » que sont le Val-de-Travers (Suisse, Canton de Neuchâtel) et l'agglomération de la ville de Pontarlier (France. Doubs). L'enquête se poursuit simultanément sur d'autres lieux et pays où l'on consomme et produit : Londres, Paris, Genève, Madrid, Barcelone, Porto, Lisbonne, Venise, Bruxelles, Amsterdam.

Mes informateurs Absintheurs sont nombreux et multiples, écrit M. Arnaud van de Casteele, horticulteurs, distillateurs, caviste, buveurs, collectionneurs, conservateurs de musée, professionnels du tourisme et élus locaux, artistes et écrivains, chefs cuisiniers, scientifiques... Si je me permets ce mail, c'est pour vous signaler que je prépare actuellement une "Aventura ethnologique absinthée" en 17 jours (du 26 sept./12 oct.) reliant Prague à Bucarest, en passant par Vienne, Bratislava, Budapest, Barsana et Cluj. Je recherche donc des adresses et lieux de bars, distilleries, et peut être des contacts de personnes (absintheurs ou pas) et suis ouvert à toutes informations et aides pratiques pour organiser au mieux mon trajet. »


« Comment allez-vous, nous demande dans sa lettre Mme Françoise Hacart de France et elle poursuit : Ici à Noeux, ça va depuis deux jours. En effet il fait du soleil. Pas d'eau ! Quelle affaire.... Depuis mai, il pleut tous les jours. On a eu 50 millimètres en une nuit. Dans le jardin, beaucoup de verdure. A part les pommes de terre et les tomates qui ont eu le mildiou. Les vacances se terminent et l'école reprendra en septembre. Dimanche, à Noeux, aura lieu la braderie sur toute la route nationale. Elle annonce vraiment la reprise (la rentrée ?). Souvent il y a beaucoup de monde. Aura lieu aussi à Lille, la braderie dans toute la ville. Une braderie qui dure deux jours et une nuit. Et là on y mange des moules frites. Est-ce que dans votre pays il y a des braderies ? «

Que je sache, la coutume d'organiser des braderies dans les rues des villes n'existe pas encore en République tchèque. Cela ne veut pas dire cependant que cela n'intéresserait pas les gens. On organise à de divers endroits du pays de petites foires de brocante qui, en général, attirent beaucoup de monde. La municipalité de Prague pourrait donc très bien organiser une braderie dans la capitale, et il est pratiquement sûr qu'une telle initiative rencontrerait un grand retentissement auprès du public. Jusqu'à présent cependant, aucun des dignitaires de l'Hôtel de ville n'a eu cette idée qui pourrait inaugurer une tradition bien populaire. »


Photo: Štěpánka Budková
« Dans quelques jours, c'est la rentrée officielle en France, nous écrit M. Christian Ghibaudo. Petit à petit tout rentre dans l'ordre, c'est le retour à la normale. L'été se termine assez agréable sur la Côte d'azur. Beaucoup de soleil et de ciel bleu, avec des températures pas trop hautes, pas plus de 30 degrés en bord de mer. Eté pourri dans le reste de la France, mais idéal dans le Sud-Est. Beaucoup de touristes, de quoi contenter les professionnels. Comment a été le bilan touristique à Prague et dans le reste de la Tchéquie ? »

Il y a quelque temps on lançait un cri d'alarme. Les touristes se faisaient moins nombreux en République tchèque. Les dernières statistiques démontrent cependant que ce n'est pas vrai. En 2006, la Tchéquie a accueilli 6,5 millions de touristes qui ont été hébergé dans des hôtels et des pensions. Il s'est avéré également que le nombre de touristes qui reviennent en République tchèque plusieurs fois sans se lasser de notre pays augmente légèrement. En 2006, la Tchéquie a attiré surtout les touristes allemands (25%) suivi des touristes britanniques (15%) et slovaques (9%). Ils ont dépensé en moyenne 2472 couronnes (88 euros) par jour.

La Tour de Petrin
Pour terminer voici encore une courte citation de la lettre de M. Jacques Induni de France : « Merci beaucoup pour votre QSL du 4 août 2007 consacrée à la tour d'observation de Petrin modelée selon la tour Eiffel de Paris. Cette carte m'a fait extrêmement plaisir, et elle est vraiment magnifique. »

En effet, M. Induni, c'est lors de l'Exposition universelle en 1889 que les membres du Club des touristes tchèques ont eu l'idée de construire à Prague une réplique de la célèbre tour Eiffel. De retour en Bohème ils ont réussi à gagner pour cette idée plusieurs mécènes et patriotes tchèques qui étaient en plus assez riches. La tour a été érigée sur la colline de Petrin en 1891. Bien qu'elle soit cinq fois moins haute que sa soeur parisienne, ce handicap est un peu atténué par le fait qu'elle soit située sur une colline dominant la ville. Elle est haute de 60 mètres et on y monte par un escalier de 299 marches.

Et c'est donc avec cette carte postale de la Tour de Petrin que prend fin cette émission réservée à vos lettres. Merci à tous ceux qui nous ont écrit, merci également à tous ceux qui nous écoutent. Continuez à nous écouter et à nous écrire.