Les Tchèques aiment manger au restaurant

r_2100x1400_radio_praha.png

Les habitudes alimentaires des Tchèques sont en train de changer : de plus en plus nombreux sont ceux qui, au lieu de mijoter leur petit repas chez eux, mangent au restaurant. Et pas seulement à la Saint-Valentin... Astrid Hofmanova.

Les patrons des restaurants et des cafés peuvent être satisfaits. Au lieu d'économiser, les Tchèques aisés préfèrent profiter de leur argent. Le plus souvent, ils sortent pour passer une soirée agréable dans un restaurant. Pendant les journées de travail, ils ne vont pas à la cantine d'entreprise mais prennent leur déjeuner dans un restaurant ou dans une entreprise de restauration rapide. L'année dernière, le marché gastronomique a augmenté de 10% en République tchèque, les revenus totaux d'environ 40 000 entreprises étant estimés à 73 milliards de couronnes, constate Sylvio Spohr, président de l'Union des hôtels, restaurants et cafés en République tchèque. Selon lui aussi, plus de 50% des entreprises de moyen et haut niveau ont enregistré une augmentation considérable de leurs revenus, par rapport à l'année précédente. Seuls 7%, dont notamment les restaurants de basse catégorie, ont connu une tendance inverse.

Les revenus des restaurants ne dépendent pas seulement de la qualité de leurs services, mais aussi de la localité dans laquelle ils se trouvent. Evidemment, les régions attractives, sur le plan touristique, attirent plus de clients que des régions industrielles ou sinistrées par le chômage.

La diminution de la taxe sur la valeur ajoutée est un autre phénomène influençant les revenus dans la restauration. Elle permet, en effet, aux restaurateurs de diminuer les prix et d'investir dans la formation du personnel ou dans l'embelissement de l'intérieur. Par exemple, de plus en plus de restaurants sont équipés de grands écrans qui attirent des supporters sportifs, des amateurs de la musique ou des cinéphiles. Il est toujours plus amusant de suivre un match de football en compagnie des fans du foot qu'en compagnie de son épouse qui ne partage pas votre amour pour ce sport.

En dépit d'une amélioration certaine dans la restauration tchèque, celle-ci n'arrive, toujours pas, à atteindre le niveau occidental. L'un des inconvénients concerne le paiement par les cartes bancaires. En effet, seuls 18% des restaurants tchèques permettent ce paiemement. Dans la catégorie de luxe, c'est un restaurant sur deux.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture