Les trains trop coûteux

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque aimerait avoir, elle aussi, ses TGV mais il semble que la réalisation de ce projet serait actuellement au-dessus de ses moyens. Le projet de mettre sur les rails tchèques plusieurs trains Pendolino qui desserviraient les lignes Berlin, Prague et Vienne a été retardé car la firme CKD n'a pas réussi à le réaliser et la commande a été passée à la compagnie Fiat en Italie. Les premiers trains à grande vitesse devraient arriver en République tchèque dans trois ans, mais les spécialistes poussent un cris d'alarme. Selon l'ancien vice-ministre des Transports et président du Conseil d'administration de la Société des Chemins de fer tchèque, Jaroslav Vrana, la société ne sera pas en mesure de payer le crédit de 4,5 milliards de couronnes, près de 900 milliards de FF pour l'achat de sept trains à grande vitesse et risque de se retrouver au bord de la faillite. Jaroslav Vrana prévoit aussi que, pour des raisons commerciales, la société Deutsche Bahn ne laissera pas rouler ces trains sur le territoire allemand ce qui sera fatal pour leur rentabilité.