Les travaux de rénovation de l'une des tours du pont Charles

La statue de Saint-Adalbert, photo: CTK

Jusqu'à la fin de la semaine, les touristes en visite à Prague seront privés de l'une des plus belles vues qui s'offre depuis le pourtour de la tour du pont Charles, celle qui se dresse du côté de la Vieille-Ville. La tour est fermée à cause des travaux pendant lesquels les statues des rois et patrons du pays qui ornent son front sont remplacées par de nouvelles copies.

La statue de Saint-Adalbert, photo: CTK
La restauration du monument inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO ne semble pas constituer un inconvénient pour ceux qui passent par cet endroit, bien au contraire. Car elle offre un spectacle inédit : depuis plus de 600 ans d'existence de la tour, c'est seulement la deuxième fois qu'un échange de statues sur son front a lieu. Les statues originales de rois et saints datant de l'époque de Charles IV ont été remplacées pour la première fois dans les années 1970 par des imitations creuses en béton qui n'ont pas résisté à la corrosion. A leur place, on fixe maintenant des copies en grès taillées d'après les originaux qui sont déposés au musée lapidaire de Prague.

Tomas Rafl et la copie de la statue de Saint-Sigismond, photo: CTK
Le restaurateur Tomas Rafl qui les a réalisées, a cherché à ce que le résultat soit le plus authentique possible. Ainsi, par exemple, il s'est servi de ciseaux semblables aux instruments originaux utilisés par Pierre Parler, bâtisseur de la tour ainsi que du pont Charles et de la cathédrale Saint-Guy. Lui, sa femme et trois autres sculpteurs ont mis quatre ans pour créer les huit copies : deux sont les statues des rois Charles IV et Venceslas IV, trois représentent les saints et patrons du pays : Guy, Adalbert et Sigismond, ensuite il y a les statues du lion et de l'aigle.

Autre curiosité - les copies des statues historiques, qui pèsent chacune près de 1600 kilos, sont fixées sur la façade de la tour à l'aide d'une grue médiévale qui est elle-aussi une copie de l'instrument authentique dont la représentation a été sauvegardée sur une gravure. D'après le responsable du projet Vit Mlazovsky, la technique contemporaine ne peut pas concurrencer celle moyenâgeuse qui est d'une finesse et d'une précision inégalables.

La statue de Saint-Adalbert, photo: CTK
L'emploi de matériel et techniques originaux est aussi l'expression d'un immense respect des restaurateurs envers ce monument. La tour du pont Charles a été dotée par son fondateur, Charles IV, d'une symbolique spirituelle et astronomique profonde. Sous le toit se trouve une inscription magique qu'on peut lire de gauche à droite et vice-versa et qui devait protéger la tour d'une destruction. Au-dessus de la porte de la tour on remarquera une console avec le lion de Bohême et, en dessous, l'aigle de Moravie. Le 15 juin, jour de la Saint-Guy, l'ombre du lion touche pour la seule fois de l'année l'aigle - symbole de l'appartenance des Tchèques et Moraves à la même nation. La tour est quant à elle un arc érigé sur la voie royale conduisant du Château de Prague à Vysehrad.