L’Etat tchèque accordera-t-il 3 milliards pour la construction du stade national et l’Euro 2020 de foot ?

Photo: Markus Unger, CC BY 2.0 Generic

La République tchèque espère toujours accueillir des matchs du championnat d’Europe de football en 2020. Pour la première fois dans l’histoire de la compétition, la phase finale sera organisée sur tout le continent, puisque treize pays seront retenus. Pour espérer faire partie des heureux élus, la République tchèque, qui remettra son éventuelle candidature à l’UEFA (la Fédération européenne de football) le 25 avril au plus tard, devra disposer d’un stade pour l’heure inexistant d’au moins 30 000 places. Ce mercredi, le président de la fédération (FAČR), Miroslav Pelta, doit rencontrer le Premier ministre, Bohuslav Sobotka, pour discuter de tout cela. Objectif : obtenir la promesse que l’enceinte sera financée par l’argent public.

Photo: Markus Unger, CC BY 2.0 Generic
Que la République tchèque rêve de l’Euro 2020, ce n’est rien de très nouveau. Depuis septembre dernier, la FAČR manifeste son intérêt pour le projet. Toutefois, situation politique oblige avec l’absence d’un gouvernement stable entre juin et janvier, les choses n’ont guère avancé entretemps. Or, sans l’engagement de l’Etat, la candidature tchèque est vouée à l’échec. On devrait donc en savoir plus sur la participation publique à l’issue de la réunion de ce mercredi (cf. infos) à laquelle participent également le ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports et les présidents de l’Union tchèque de sport et du Comité olympique tchèque.

Selon les premières estimations, la construction d’un nouveau stade nécessiterait un investissement de l’Etat de l’ordre de 2,5 à 3 milliards de couronnes (93 à 110 millions d’euros), le reste des fonds étant amené par les différentes fédérations sportives concernées. Le problème, et pas le moindre, est que le budget prévu pour cette année par le ministère des Finances ne prévoit aucune dépense relative à l’Euro 2020. La solution pourrait alors être de réduire le montant de l’aide accordée annuellement par l’Etat au sport tchèque, une décision qui risquerait cependant de faire grincer quelques dents, nombre d’acteurs du sport tchèque se plaignant du soutien insuffisant apporté notamment à la pratique des jeunes.

Néanmoins, si nouveau stade national et multifonctionnel il y a bien, celui-ci serait construit sur les hauteurs de Prague, plus précisément sur la colline de Strahov, là où se trouve actuellement le vieux Evžen Rošický, enceinte d’une capacité d’accueil de 20 000 spectateurs pratiquement inutilisée en raison de sa vétusté et qui serait détruit.

En raison de la taille envisagée, la République tchèque ne peut prétendre qu’à l’organisation de matchs de poule et d’un huitième de finale. Si pour ceux-ci les instances européennes du football exigent des enceintes d’au moins 50 000 places, deux fédérations proposant un stade de « la plus petite catégorie » (30 000 places) pourraient néanmoins également être retenues à titre d’exception. L’idée défendue en effet par Michel Platini est que l’édition 2020 soit aussi l’occasion d’accueillir l’Euro pour des petits pays ne possédant le plus souvent qu’un seul stade et étant dans l’incapacité structurelle d’organiser un tournoi complet. La République tchèque répond tout à fait à ce profil.