L'hôpital de campagne de l'Armée tchèque en Afghanistan

Ministre de la Défense nationale, Jaroslav Tvrdik et Frantisek Padelek (Photo: CTK)

L'Armée tchèque va s'engager en Afghanistan. Par quels moyens ? La réponse à cette question vous est fournie par Alain Slivinsky.

Ministre de la Défense nationale, Jaroslav Tvrdik et Frantisek Padelek (Photo: CTK)
La République tchèque est membre de l'OTAN et, en tant que tel, elle se doit de s'engager dans certaines opérations de l'Alliance. Elle a été présente au Kosovo, elle sera présente en Afghanistan. L'état-major de l'Armée tchèque compte sur l'envoi de son 6ème hôpital de campagne. Pour cela, une délégation de quatre experts de l'armée, conduite par le commandant de l'hôpital de campagne, Jindrich Sitta, se trouve en Afghanistan, depuis dimanche. Elle étudie les conditions de l'arrivée du personnel hospitalier tchèque, en Afghanistan, dans le cadre de la mission pacifique, ISAF. A quand le départ du 6ème hôpital de campagne de l'Armée tchèque ? Fin mars, début avril, selon le ministre de la Défense nationale, Jaroslav Tvrdik. C'est la Grande-Bretagne, chargée du commandement de la mission, qui décide des forces et moyens à engager. Les 120 employés militaires de l'hôpital pourraient, encore, être soutenus par une protection assurée par un détachement de parachutistes. L'état-major de l'Armée tchèque et le ministère de la Défense examinent cette éventualité. De sources militaires, on apprend que l'hôpital de campagne est capable de partir en mission, dans les 24 heures. Le financement de l'opération, qui doit être encore soumise à l'adoption du Parlement tchèque, serait assuré par l'émission de Bons du Trésor. Cela n'est pas très bien vu par l'opposition, qui verrait d'un meilleur oeil le financement par l'intermédiaire du budget de l'Etat. Rappelons que le Parlement a exprimé son accord à l'envoi et le financement d'une mission de 200 soldats en Afghanistan, en décembre dernier. Pour cela, le ministère de la Défense nationale compte aussi sur son approbation, dans le cas de l'hôpital de campagne. Ce dernier devrait assurer les soins hospitaliers des soldats et de la population civile, à Kaboul et dans les environs. La Tchéquie a encore offert, dans le cadre de la même opération, ISAF, l'envoi d'une unité de protection chimique. Elle part pour le Koweït, ce mois-ci.