L'hospitalité à Prague, et partout dans le monde

r_2100x1400_radio_praha.png

Voyager, rencontrer des gens tout en se logeant gratuitement. Le rêve, pour la plupart des globe-trotters. Et bien, c'est ce que proposent maintenant plusieurs communautés qui ont pu développer ce principe grâce à l'Internet. La plus connue est Hospitality Club, née en Allemagne en 2002 et qui regroupe près de 260 000 membres dans le monde. La République tchèque n'est pas en reste avec 2700 membres, dont 1200 rien qu'à Prague. Reportage dans la communauté pragoise d'Hospitality Club.

Sur le site Internet de la communauté, elle est connue sous le nom de kamila5. Kamila Sirotna a 25 ans et est membre d'Hospitality club depuis presque deux ans. Sur le profil qu'elle a rempli sur le site, on y trouve toutes les informations utiles pour la contacter, ses expericences de voyageuse, les langues qu'elle parle et aussi les possibilités et les conditions de logement qu'elle offre. Les invités de Kamila doivent donc prévenir à l'avance de leur arrivée et ne peuvent rester qu'une poignée de jours et dormiront sur le sol ou sur un canapé. Kamila explique pourquoi elle participe à Hospitality Club :

« J'avais lu quelque chose sur l'Internet et ça me paraissait être une idée géniale. Maintenant, à chaque fois que je voyage, j'utilise ça. Quand j'étais plus jeune et que je pouvais voyager plus, j'ai surtout été une invitée, mais maintenant que je travaille, j'accueille surtout. Ma première vraie expérience, c'est quand j'étais en Floride avec ma soeur. Nous habitions chez un étudiant américain et on a visité presque tous les campus de Floride. Sans lui, on aurait jamais eu cette chance. Grâce à ça, j'ai pu en profiter vraiment différemment, c'est vraiment la chose la plus positive. »

Le principe va donc bien au-delà d'un simple hébergement gratuit. L'objectif affiché est de rencontrer les personnes qui vivent et connaissent leur ville. D'ailleurs, certaines membres ne proposent pas de logement mais simplement de faire découvrir l'endroit où ils habitent ou encore d'aller boire un verre. Le fonctionnement est donc différent de celui des échanges d'appartement. A Prague, la communauté Hospitality club est encore balbutiante, contrairement à celle des voisins polonais ou allemands, où sont organisés de nombreux rassemblements qui regroupent des dizaines, parfois des centaines de membres dans un esprit festif. Tomas Kruta est un des membres les plus actifs de Prague. Il a déjà accueilli plus de quinze personnes. Il est également volontaire d'Hospitality club, précisément pour organiser des évènements pour la communauté. Régulièrement, il reçoit des demandes d'hébergement et parfois fait des rencontres qui peuvent durer. Tomas Kruta:

« A la fin de l'année, j'ai reçu, cinq, dix demandes par semaine, alors qu'en septembre j'ai reçu trois demande en un mois. Je vis avec ma copine, donc à chaque fois, nous faisons un compromis quand nous avons le temps et la possibilité de préparer la visite. Alors maintenantj'ai environ une visite par mois. Et avec quelqu'un avec qui nous avons une bonne relation, alors, oui, nous sommes en contact par e-mail. »

Le système fonctionne largement sur la confiance. Il n'est pas rare que quelqu'un qui accueille laisse ses clés à l'invité. Pour éviter les mauvaises surprises, chacun peut écrire un commentaire sur un membre qu'il connait. Un commentaire qui apparait ensuite dans le profil de la personne. Et avant de rencontrer la personne en réalité, il y a généralement un échange de courriels. De cette façon, il est plus facile de cerner une personne que l'on va recevoir ou qui va accueillir. Pourtant, sur les forums du site, on trouve des histoires peu encourageantes. Des vols ou parfois des insultes. Des cas heureseusement rares. Même si rien de tel n'est arrivé à Ema, autre membre pragoise, elle a tout de même eu une expérience désagréable.

« Une fois, à Rome, ma camarade et moi, nous étions chez un gars qui n'était pas très sympa. On avait l'impression que la seule chose à laquelle il pensait, c'était d'avoir un bon commentaire. Nous ne l'avons presque pas vu et, en plus, il nous a fait payer. Alors, j'ai écrit un commentaire ni positif ni négatif, et il voulait que je le change, mais heuresement cela n'est pas possible. »

La langue utilisée sur le site est surtout l'anglais, mais les pages sont également traduites en plus de vingt langues. Toujours avec cette idée, depuis la création, de rassembler et de faire connaître les autres cultures. La grande majorité des membres de Hospitality Club se trouvent en Europe, mais on en retrouve également dans tous les pays du monde. Une autre communauté plus populaire en Océanie et en Amérique fonctionne sur le même principe, c'est celle de Couchsurfing. L'une comme l'autre offrent incontestablement une nouvelle façon de voyager.

www.hospitalityclub.org

www.couchsurfing.com

www.globalfreeloaders.com

Auteur: Luc Camilleri
lancer la lecture