Lukas Bauer : le Tour de Ski en attendant la Coupe du monde ?

Lukas Bauer, photo: CTK

Lukas Bauer a inscrit une nouvelle page en lettres d’or dans l’histoire des sports d’hiver tchèques en remportant, dimanche, en Italie, la deuxième édition du Tour de Ski, épreuve phare de la saison de Coupe du monde de ski de fond.

René Sommerfeldt, Lukas Bauer, Giorgio di Centa, photo: CTK
Lukas Bauer est donc bien devenu, dimanche, dans le Val di Fiemme, le premier Tchèque à remporter le Tour de Ski, prestigieuse série de huit courses différentes disputées en dix jours faisant l’objet d’un classement particulier tout en s’inscrivant dans le cadre de la Coupe du monde. Vainqueur de la première étape et en tête du classement général depuis la quatrième, le fondeur tchèque a encore accentué son avance en Italie lors du 20 kilomètres style classique, samedi, puis du 10 kilomètres libre, dimanche, pour finalement boucler le Tour de ski avec 2’47’’ d’avance sur l’Allemand René Sommerfeldt et l’Italien Giorgio di Centa, séparés de seulement quelques dixièmes de seconde pour les deuxième et troisième places. Inspiré du Tour de France cycliste et conçu pour être une compétition dans laquelle règne le suspense jusqu’au bout, le Tour de Ski s’est même transformé par instants en un one-man-show de Lukas Bauer, aussi à l’aise en style classique que libre et dont le seul point faible cette saison restent les épreuves de sprint.

Lukas Bauer, photo: CTK
Dimanche, la dernière des huit étapes du Tour de Ski, un 10 kilomètres libre, était marquée par la terrible montée finale, longue de 3,5 kilomètres, de l’Alpe Cermis, à plus de 1500 mètres d’altitude. Une ascension au cours de laquelle Lukas Bauer a parfois donné le sentiment de savourer son succès, même s’il s’en défendait à l’arrivée :

Lukas Bauer, photo: CTK
« Si j’ai donné cette impression, alors je peux vous assurer que ce n’en était qu’une. A chaque mètre, j’ai lutté contre l’idée de faire demi-tour et de descendre. Dès le début de la montée, j’ai senti que j’avais de moins en moins de forces. Je n’ai pas trop fait attention aux encouragements des spectateurs et j’ai préféré faire la course à l’économie. Je me suis donc contenté de contrôler les écarts et j’ai été très surpris lorsque l’on m’a annoncé à un passage intermédiaire que je possédais environ trois minutes d’avance sur le deuxième. Je dois dire que cela m’a bien aidé dans les derniers mètres. »

En remportant ce Tour de Ski, Lukas Bauer, vice-champion olympique en titre du 15 kilomètres classique, a signé, à 30 ans, non seulement la plus belle victoire de sa carrière mais aussi l’une des plus belles de l’histoire du ski tchèque.

Lukas Bauer, photo: CTK
« Je suis très heureux d’être parvenu à remplir le principal objectif que je m’étais fixé en début de saison, à savoir remporter le Tour de Ski. Ces dix jours de course ont été difficiles. Je suis extrêmement fatigué mais c’est une fatigue mêlée à la joie, même si je ne sais pas si je suis plus heureux de ma victoire ou que le Tour de Ski soit fini. »

Grâce aux 400 points que rapporte la victoire finale dans le Tour de Ski, Lukas Bauer se retrouve désormais également en tête du classement général de la Coupe du monde, avec un peu plus de 300 points d’avance sur son premier poursuivant, le Norvégien Tor Arne Hetland. Son prochain objectif est donc devenu encore plus grand qu’un triomphe dans le Tour de Ski : devenir le premier Tchèque à remporter la Coupe du monde de ski de fond.