Manifestation de protestation contre la fermeture d'une verrerie

Manifestation de protestation contre la fermeture de la verrerie de Strani, photo: CTK

Manifestation de protestation contre la fermeture de la verrerie de Strani, photo: CTK
Un cordon policier, des boucliers de protection, des matraques et des cris - nous avons les mains nues. Une atmosphère faisant penser à l'intervention brutale de la police contre les étudiants, le 17 novembre 1989, a régné, jeudi, devant la verrerie de Strani, en Moravie du sud. La semaine dernière, la direction de la verrerie a annoncé la fermeture de cette usine plus que bicentenaire. Jeudi, le directeur en personne est venu expliquer la décision. Des verriers ont cependant refusé de l'écouter, en interrompant son discours par des sifflements. Les boucliers des forces de l'ordre ont sauvé le directeur devant l'indignation des verriers qui fut énorme. Au cours des dix dernières années, les résultats économiques de la verrerie étaient excellents, souligne le chef du syndicat. Comment est-il possible qu'un management a détruit ce que les générations précédentes avaient créé pendant 207 ans, un management qui, en revanche, a suffisamment de moyens pour financer une vaste campagne publicitaire de Tomas Enge, premier Tchèque de F-l, pouvait-on lire sur des banderoles. 446 employés de la verrerie seront licenciés, le 31 mars 2002. Le chômage à Strani, qui n'a que 3 900 habitants, augmentera de plus de cinq fois. Selon le maire de la commune, trouver un autre emploi sera pratiquement impossible, car les employés licenciés sont des verriers spécialisés et la ville la plus proche se trouve à plus de 20 kilomètres d'ici.