Mondiaux d’athlétisme : un bien triste bilan tchèque

Jaroslav Bába, photo: CTK

Les Championnats du monde d’athlétisme à Berlin se sont achevés dimanche. Avec la seule médaille d’argent de Barbora Špotáková au lancer du javelot, la République tchèque présente un bilan final parmi les plus décevants de son histoire.

Roman Šebrle, photo: CTK
« C’est un échec », a sèchement reconnu l’entraîneur en chef de l’équipe de République tchèque, Václav Fišer, à l’issue de Mondiaux marqués avant tout par les performances d’Usain Bolt. Avant le début des championnats, Václav Fišer avait pourtant affirmé que face à une concurrence toujours plus relevée, toute médaille, quel que soit son métal, pourrait être considérée comme un succès. Une affirmation qui n’empêche que c’est bel et bien un sentiment de déception qui règne dans le camp tchèque à l’heure du bilan.

Jaroslav Bába, photo: CTK
D’abord parce qu’à Osaka, en 2007, ce sont trois médailles, dont deux d’or avec Roman Šebrle au décathlon et Barbora Špotáková au javelot, que les Tchèques avaient récoltées. En l’espace de deux ans seulement, la moisson s’est donc considérablement amoindrie. Ensuite parce que, quelles que soient les disciplines, la majorité des athlètes tchèques qualifiés sont restés bien en dessous de leurs maxima. Au-delà de Roman Šebrle, sur le déclin et seulement onzième, c’est le cas, par exemple, de Jaroslav Bába, qui n’a terminé que cinquième du concours du saut en hauteur. Son début de saison prometteur pouvait lui permettre de croire à un podium, mais il aurait fallu qu’il franchisse plus que 2,23 mètres à Berlin. Une performance forcément décevante, comme l’a lui-même reconnu Jaroslav Bába :

« Je sais bien que je n’ai pas accompli la performance que j’attendais et qui était attendue de moi. J’ai les moyens de faire beaucoup mieux, mais je n’y suis pas parvenu aujourd’hui. Je suis passé à côté du concours. Ce qui me déçoit surtout est de me dire que je pouvais sauter beaucoup plus haut. Mon classement aurait sans doute été très différent, mais les choses ne se sont malheureusement pas passées comme ça. »

Barbora Špotáková, photo: CTK
Outre la confirmation du talent de Barbora Špotáková au lancer du javelot, et ce même si elle n’a pas conservé son titre de championne du monde, l’autre meilleure performance tchèque est à mettre au crédit du sprinter Petr Svoboda, sixième du 110 mètres haies dans un temps de 13’’38 :

Petr Svoboda, photo: CTK
« Je ne pensais pas que mon temps serait si bon à l’arrivée. Finalement, j’ai signé ma deuxième meilleure performance. Mais le plus important est que cela faisait très longtemps qu’un sprinter tchèque n’avait plus participé à une finale d’un grand championnat. J’espère que cela ouvrira les yeux des autres sprinters tchèques, pour qu’ils prennent conscience que ce n’est pas impossible et que je ne suis pas une exception. »

Pour le reste, difficile donc de retenir autre chose de positif de ces Championnats du monde de Berlin. Et on a beau se dire que la République tchèque est un petit pays, cela ne change pas grand-chose au constat.