Naissance d’un nouveau festival, Ostrava Caméra Œil

r_2100x1400_radio_praha.png

Ostrava Caméra Œil (Kamera Oko), est le nom d’un nouveau festival du film qui a vu le jour à Ostrava, chef-lieu de Moravie-Silésie. La candidature de cette troisième ville du pays au titre de la capitale européenne de la culture 2015 est à l’origine de l’idée d’un nouveau festival en l’honneur du septième art.

C’est sous ce jingle chanté par le chansonnier d’Ostrava Jaromír Nohavica que le nouveau festival du film s’est ouvert sur cette ville au lourd passé industriel et minier, vendredi dernier. Pourquoi un nouveau festival et qu’est-ce qu’il propose ? Des réponses de Jakub Felcman, directeur artistique d’Ostrava Caméra Œil :

« Le festival est dédié aux directeurs de la photographie et à leur création, néanmoins la première impulsion était de soutenir la candidature d’Ostrava qui est en compétition pour le titre de capitale européenne de la culture 2015. Le festival qui souhaite établir une nouvelle tradition de festivals annuels a deux vocations : être un événement international voué à la création des cameramen contemporains, et à la présentation de la ville d’Ostrava dans le film. »

Une centaine de projections, dans six salles, pour un prix unique de 50 couronnes, sont à l’affiche du festival. Sept films des cinquante inscrits au concours ont été sélectionnés en compétition pour le prix national du jeune cameraman et qui se veut être un prix international, à l’avenir. La projection du film « Jamais le dimanche » de 1960, rendra un hommage spécial à Melina Mercouri, actrice chanteuse et femme politique qui a créé, en 1985, le concept des capitales européennes de la culture.

Deux autres noms seront à l’honneur du festival : celui de la réalisatrice Věra Chytilová, native d’Ostrava, et celui de Karel Reisz, réalisateur du cinéma britannique, auteur de films tels que « La Maîtresse du lieutenant français » avec Meryl Streep et Jeremy Irons, nomminé aux Oscars, et un des animateurs du mouvement dit du Free cinéma qui a posé les bases à la nouvelle vague de cinéma.

Karel Reisz est né à Ostrava en 1926 et c’est devant sa maison natale, place Masaryk, qu’une plaque a été dévoilée en son honneur avant l’inauguration du festival. La plaque sous forme d’un objectif de caméra fait référence au fait que Karel Reisz a été l’un des enfants Winton, ayant échappé à la mort certaine grâce à Nicholas Winton qui a fait sortir du Protectorat 669 enfants juifs. Karel Reisz a d’ailleurs produit le documentaire de Matej Minac « La Force du bien » consacré à cette histoire extraordinaire. Mort à Londres en 2002, c’est son frère, Pavel Reisz qui est venu assister à l’inauguration de la plaque dans sa ville natale, Ostrava:

« Je suis ému et satisfait de voir que l’art de mon frère est connu et apprécié dans cette ville. Le fait qu’il y ait une plaque sur cette maison est d’une importance énorme pour notre famille, je remercie Ostrava et tous les présents de l’avoir fait pour lui, il le mérite, il était un très bon réalisateur, très connu en Angleterre et certainement aussi dans ce pays. Merci de l’avoir fait pour lui… »

Le nouveau festival se déroule à Ostrava jusqu’au 4 octobre prochain. A part les projections, il propose des concerts et spectacles dans un cadre original d’une ancienne mine ou dans l’enceinte des anciens hauts fourneaux de Vítkovice.

www.filmfestivalostrava.com