Nomura contre la République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

La grande maison bancaire, Nomura, l'actionnaire majoritaire dans l'une des plus grandes banques tchèques, l'IPB (Banque des Postes et des Investissements), demande à l'Etat tchèque de lui payer 30 milliards de couronnes tchèques de dommages et intérêts. Pourquoi ' Les représentants de Nomura affirment que leur société a été l'objet d'importants dommages du fait de la mise sous contrôle judiciaire de la banque et de sa vente éclair à une autre banque tchèque, la CSOB (Banque commerciale tchécoslovaque). Selon Nomura, le plan avait été préparé à l'avance par le gouvernement. La société hollandaise Saluka, qui détenait les actions de l'IPB, aurait été touchée par ce plan, tout comme les accords tchéco-néerlandais sur la protection des investissements. Le ministère tchèque des Finances n'est pas d'accord : Lors de l'intervention du gouvernement dans l'affaire de l'IPB, les lois ont été strictement respectées, tout comme les accords internationaux... Affaire à suivre.