Nouveau projet de loi sur le référendum

r_2100x1400_radio_praha.png

Il y a quinze jours, le gouvernement refusait le projet de loi constitutionnelle sur l'institution du référendum. Il avait été présenté par un groupe de députés. Le vice-premier ministre, Pavel Rychetsky, chargé des questions législatives, a décidé de présenter son propre projet. Ce projet de loi aurait un caractère constitutionnel et il ne pourrait être annulé que par une loi constitutionnelle...

Il y a quinze jours, le gouvernement refusait le projet de loi constitutionnelle sur l'institution du référendum. Il avait été présenté par un groupe de députés. Le vice-premier ministre, Pavel Rychetsky, chargé des questions législatives, a décidé de présenter son propre projet. Ce projet de loi aurait un caractère constitutionnel et il ne pourrait être annulé que par une loi constitutionnelle... Dans le cas de son adoption, naturellement. Selon Rychetsky, le référendum devrait concerner les questions fondamentales de la politique intérieure et étrangère de l'Etat. Il s'agirait, en premier lieu, de l'entrée à l'Union européenne, mais aussi, par exemple, de la centrale nucléaire de Temelin. Dans ce dernier cas, Rychetsky affirme que si les citoyens disaient non à Temelin, cela ne voudrait pas dire qu'on arrêterait immédiatement, mais que l'énergétique nucléaire en Tchéquie serait, peu à peu, freinée. Le vice-premier ministre indique que tous les pays européens possèdent l'institution du référendum. Il n'est pas toujours employé, mais fonctionne surtout comme une institution de sécurité garantissant le respect des principes démocratiques.