Nouvelles Dimanche, 15. AOÛT, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Omar Mounir

Dédommagement des Tchèques victimes des camps du travail obligatoire

La procédure judiciaire en dédommagement déposée ce vendredi par les Tchèques qui se sont vu imposer le travail obligatoire pendant la Deuxième Guerre mondiale et leurs avocats, contre trois sociétés allemande et une société autrichienne, cette procédure est importante au regard des négociations en cours, lors desquelles aussi bien les victimes que les sociétés concernées essayeront de faire valoir leur argumentation respective. Une déclaration d'Ed Fagan, l'un des avocats des victimes tchèques.

Il est attendu à ce que les sociétés en question fassent des propositions concrètes, lors des entretiens prévus, dès le 23 août. "Si, d'aventure, elles ne seront pas prêtes à cette date, nous quitterons les négociations, a dit Fagan, qui a souligné par ailleurs que la somme de 75.000 $ est réclamée pour chaque victime ou ses héritiers.

Ruml, la République tchèque et l'Union européenne

Le fait que l'on s'attende en principe à ce que le rapport de la Commission européenne sur les efforts d'intégration de la République à l'Union soit globalement négatif est, selon Jan Ruml, président de l'Union de la liberté, une mauvaise carte de visite pour le gouvernement social-démocrate de Milos Zeman. Le rapport sera rendu public en septembre prochain. Rappelons que celui de l'an dernier n'a pas été non plus satisfaisant. Jan Ruml a déclaré que: "la situation déplaisante actuelle est avant tout de la responsabilité de Milos Zeman, car c'est lui qui se trouve à l'origine de l'actuel gouvernement, lequel n'a pas été d'un choix heureux pour le pays".

La police enquête sur un sponsoring de l'ODS

La police a commencé son enquête sur l'affaire de sponsoring du parti ODS de l'ex-premier ministre, en vue des élections de 1996, par deux sociétés de Brno et à concurrence de 7,5 millions de couronnes, l'équivalent de 1,3 millions de FRF. C'est le contre-espionnage économique qui s'est chargé du dossier, apprend-on de sources policières, qui ajoutent que "l'ODS est suspecté d'avoir ignoré à dessein le sponsoring des deux sociétés, afin qu'il ne soit pas obligé d'en faire une déclaration au fisc".

Un gréviste de la faim et d'anciens fonctionnaires du régime communiste

Il est âgé de 52 ans, il s'appelle Ladislav Zeman, il est de Jindrichov Hradec, où il a commencé dès ce samedi une grève de la faim en signe de protestation contre l'emploi, dans les services de police, le parquet aussi bien que le tribunal, de gens qui, dans les années 1983-1984, ont contribué à son emprisonnement. "Je voudrais, a-t-il dit, que ces gens reconnaissent qu'il avaient tort de m'avoir jugé. En 1983, je fus arrêté et accusé injustement d'avoir volé le patrimoine socialiste, avant d'être condamné. Je n'ai retrouvé la liberté que 20 mois après".

Des Roms tchèques refoulés d'Allemagne

Il sont 20, les Roms tchèques, 9 adultes et 11 enfants qui se sont fait descendre à la frontière allemande de l'autobus Prague-Londres, qui les conduisait vers la capitale britanniques. La police allemande leur a interdit l'entrée au pays, faute pour eux d'avoir chacun l'équivalent de 100 marks par jour. Les autorités allemandes ont précisé qu'il s'agit là d'une procédure courante sans rapport avec l'origine de la personne ou la couleur de sa peau.

Un réseau de passeurs démantelé par la police italienne

Démantèlement par la police italienne d'un réseau de passeurs qui ont permis à 6000, voire 8000 Philippins d'entrer illégalement sur le territoire italien, en leur faisant traverser le territoire tchèque notamment, le tout moyennant 7700 à 10.270 euro. La migration a été organisée par une agence de voyages de Manille. Les mirgants arrivent d'abord en République tchèque ou en Slovaquie, puis ils vont en Slovénie, et de là des passeurs les faisaient entrer en Italie. 11 passeurs sont recherchés. L'information est rapportée par la CTK, se référant à l'AFP.

Un symposium en République tchèque sur la parasitologie des poissons

Des progrès notoires dans l'évolution de la parasitologie des poissons, notamment la vérification d'une méthode moderne de compréhension des relations entre les parasites, les poissons porteurs et le milieu aquatique. C'est le constat auquel sont arrivés les participants à un symposium international sur la parasitologie des poissons, qui s'est terminé ce mercredi à Ceské Budejovice, en Bohême du sud. Ce symposium a duré 5 jours, avec la participation de 172 chercheurs de 32 pays différents.