Nouvelles Mardi, 16. FÉVRIER, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

Doute sur la date d'admission de la Tchéquie à l'OTAN

Tandis que l'ambassadeur tchèque aux Etats-Unis, Alexandr Vondra, confirme que la République tchèque compte avec son admission officielle à l'OTAN le 12 mars prochain, les dirigeants de l'OTAN à Bruxelles ont refusé de confirmer cette date. Néanmoins, l'ambassadeur Alexandr Vondra et le porte- parole du ministère tchèque des Affaires étrangères chassent tous les doutes. Selon leurs déclarations, les ministres des Affaires étrangères de la Hongrie, de la Pologne et de la République tchèque remettront les documents de ratification à Mme Madeleine Albright le 12 mars et les trois pays deviendront ainsi membres de l'OTAN.

Inauguration du Centre de la souveraineté aérienne

Le centre de la souveraineté aérienne ÇASOC), qui doit améliorer beaucoup le contrôle de l'espace aérien tchèque, vient d'être inauguré au commandement des forces aériennes tchèques dans la ville de Stara Boleslav. La République tchèque devient ainsi le premier pays de l'ancien bloc communiste à inaugurer ce service grâce au programme "Le Partenariat pour la paix". L'ambassadeur des Etats-Unis, John Shattuck, estime qu'il s'agit du début du processus d'intégration pratique de la Tchéquie à l'OTAN.

Défense du service de renseignements tchèque

L'ancien directeur du service de renseignements tchèque ÇBIS), Stanislav Devaty, a rejeté l'opinion du vice-premier ministre, Pavel Rychetsky, selon lequel le BIS doit être rapidement réorganisé ou supprimé. Stanislav Devaty a souligné que la création d'un service de renseignements de qualité peut prendre une dizaine d'années. "Le BIS est devenu, au début de son existence, la victime des jeux politiques, il ne pouvait pas se défendre et ne pouvait pas se dévélopper sans problèmes", a déclaré Stanislav Devaty. Les propos du Pavel Rychetsky concernant le BIS ont été critiqués aussi par le vice- président de la Chambre des députés, Ivan Langer, et le porte-parole du BIS, Jan Subert.

Vaclav Klaus et la crise économique

Selon le président de la Chambre des députés tchèque, Vaclav Klaus, la crise actuelle de l'économie tchèque n'est pas un phénomène régional mais un problème de toute la République, néanmoins la Moravie du nord avec son industrie lourde et la Bohême du nord y sont particulièrement sensibles. Vaclav Klaus considère l'intention du gouvernement de dresser une liste des régions en crise, comme une initiative inutile. Il préfèrerait une amélioration de la politique économique du gouvernement et de la Banque nationale.

La Tchéquie en première position parmi les candidats à l'UE

D'après une étude élaborée par l'Institut autrichien de recherches économiques ÇWIFO) la République tchèque serait le pays le mieux préparé à intégrer l'Union européenne. Elle est suivie de près par la Hongrie et l'Estonie. La Slovaquie occupe la cinquième position devant la Slovénie et la Pologne. Selon le chef de l'équipe d'experts qui ont réalisé cette étude, Fritz Breuss, en cas où la Tchéquie parviendrait à une croissance annuelle du PIB de 4 %, et la croissance du PIB dans les pays de l'Union européenne serait de 2%, la République tchèque atteindrait le niveau économique de l'Autriche dans 24 ans.

Bilan de la foire du tourisme Holiday World

Plus de 50 000 personnes se sont rendues, la semaine dernière, à la foire centreuropéenne du tourisme Holiday World qui a eu lieu à Prague. Y ont participé 887 firmes de 70 pays et 12 000 spécialistes du tourisme.