Nouvelles Samedi, 13. MARS, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

Entrée solennelle de la République tchèque à l’OTAN

Vendredi, le 12 mars 1999, une journée historique dans l’histoire du monde. L’Alliance de l’Atlantique Nord a accueilli en son sein trois nouveaux membres: la Tchéquie, la Hongrie et la Pologne. La cérémonie a eu lieu à Independance, dans l’Etat du Missouri, aux Etats-Unis. Les protagonistes de cette cérémonie ont été les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis et des pays qui sont officiellement devenus membres de l’Alliance. Le premier à prendre la parole a été le chef de la diplomatie tchèque, Jan Kavan. Il a insisté sur le fait que la Tchéquie ne voulait pas être un fardeau pour l’OTAN, mais immédiatement un membre à part entière. Dans un parfait anglais, le ministre tchèque a insisté sur les devoirs du pays en tant que membre d’une organisation de défense collective. Il a remercié les Etats-Unis pour leur rôle actif dans le processus d’adhésion de la République tchèque à l’OTAN, un objectif suivi depuis la chute du communisme, en 1989. Kavan s’est prononcé pour la continuité de l’alliance transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis, dans l’intérêt de la solution des problèmes du XXIe siècle. Une note personnelle du ministre tchèque, le fait que le 21 août 1968, journée de l’invasion de l’ancienne Tchécoslovaquie par les armées du Pacte de Varsovie, il se trouvait à quelques miles d’Independance, à Kansas City. Un symbole, la Tchéquie est membre de l’OTAN... à l’abri de l’invasion de forces soi-disant alliées. Lors de la cérémonie les ministres des Affaires étrangères de la Hongrie et de la Pologne ont aussi insisté sur ce symbole, trois pays post-communistes, au seuil du XXIe siècle, sont devenus membres de l’alliance de défense collective de la démocratie dans le monde. Après leur signature du protocole de remise des documents de ratification, les drapeaux des trois pays ont été plantés à côté des membres actuels de l’OTAN. Madame Madeleine Albright, Korbelova, car elle est d’origine tchèque, a prononcé un discours de principe orienté surtout sur l’avenir de l’Alliance de l’Atlantique Nord. Elle a insisté sur le passé, quand l’Europe était divisée par le rideau de fer, avec d’un côté, l’Alliance et de l’autre, le Pacte de Varsovie. Les temps ont changé, et les nations opprimées ont choisi la liberté. Le pacte n’existe plus et la démocratie est revenue dans les pays de l’Europe. L’OTAN compte assurer la sécurité sur le continent européen, et les entretiens et les opérations dans l’ancienne Yougoslavie en sont les preuves. Madame Albright a indiqué que tout ne se résoud pas par la force, mais qu’une force internationale sera encore indispensable dans le siècle à venir. Selon elle, l’OTAN doit subir des réformes et on attend beaucoup du sommet de Washington, cette année, lors des célébrations du 50ème anniversaire du Traité de l’Atlantique Nord.

L’entrée officielle de la Tchéquie à l’OTAN dans le pays

Les célébrations de l’entrée offcielle de la République tchèque à l’OTAN ont commencé vendredi matin à Prague, pour se poursuivre dans d’autres villes du pays. Les plus importantes cérémonies ont eu lieu à Liberec, en Bohême du nord, où est basée la première unité qui participera aux opérations de l’OTAN. Nous vous en présenterons les échos dans nos émissions de la semaine prochaine. Le Président de la République, Vaclav Havel, a formuler un ordre, en tant que commandant en chef des forces armées tchèques. Plus de 500 membres de l’état- major de l’armée tchèque étaient présents au ministère de la Défense pour l’entendre, à Prague. Vaclav Havel s’est félicité du fait que jamais dans l’histoire de la nation tchèque, le pays n’a fait partie d’une alliance de sécurité aussi ferme et sûre.

Le Secrétaire général de l’OTAN et les nouveaux membres

Le Secrétaire général de l’OTAN, Javier Solana, a déclaré que l’intégration des trois nouveaux membres de l’Alliance était l’expression de ce que la division de l’Europe était reléguée au passé. Selon lui, les portes de l’OTAN sont ouvertes à tous les pays démocratiques de l’Europe centrale et orientale