Nouvelles Samedi, 17. JUILLET, 1999

r_2100x1400_radio_praha.png

La visite de Kofi Annan

Arrivée vendredi à Prague du secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. A son arrivée, il a fait la déclaration qui annonce une réforme imminente du Conseil de sécurité et de l'ONU: "C'est vrai que c'est avec la crise du Kosovo que les Etats ont pris conscience de la nécessité de réformer le Conseil de sécurité, car l'intervention armée s'est faite sans accord préalable de ce Conseil, et je pense que nous allons accomplir des progrès notoires dans ce sens, lors des six mois à venir, voire une année", a dit Kofi Annan, qui a commencé son séjour de travail en République tchèque, par un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Jan Kavan. Une visite historique étant la première du genre en République tchèque indépendante. Outre son déjeuner, en compagnie de son épouse Nane, avec le Premier ministre, Milos Zeman, il a eu des entretiens avec le président de la Chambre des députés, Vaclav Klaus, et la président du Sénat, Libuse Benesova. Samedi, il devrait rencontrer le Président Vaclav Havel, dans son chalet à Hradecek, en Bohême de l'est.

La limitation du pouvoir politique du Chef de l'Etat

Le combat engagé de longue date entre le Château de Prague, siège du président Vaclav Havel, et les partis politiques, s'approche de sa fin: le président risque de perdre partie de son pouvoir politique. C'est ce qu'on lit dans le quotidien allemand Die Welt, à propos du projet d'amendement de la Constitution, déposé par le parti social- démocrate au pouvoir et l'ODS, le plus important parti de l'opposition. Et le journal de constater que même après cet amendement le président ne perdra rien de l'essentiel de son pouvoir, sinon qu'il sera tenu de désigner pour la formation du gouvernement, le président du parti sorti victorieux des élections, ce qui est somme toutes normal, dans les démocraties, a conclu le journal, en ajoutant qu'à Prague les aiguilles de la montre tournent autrement.

Les changements envisagés au sein du gouvernement

Le Premier ministre Milos Zeman évalue son équipe gouvernementale, alors qu'elle est sur le point de souffler sa première bougie. Six ministres sont félicités, quatre se sont fait tirer les oreilles pour insuffisances. Mais les ministères dits "économiques" en Républiques tchèques, continuent de bénéficier d'une trève en raison du ravivement attendu de l'économie, l'année prochaine. Quant aux portefeuilles qui vont changer de chef, Milos Zeman a refusé d'en parler en précisant que c'est pour la semaine prochaine. Entre choses dont Zeman n'est pas content, le rapprochement avec l'U.E. qu'il juge insuffisant et dont le responsable est Egon Lansky.

Un point de vue des sociologues

Seul un changement radical de la composition de son gouvernement peut, selon les sociologues, contribuer à l'amélioration de l'image de marque de la social-démocratie, laquelle est mise à mal depuis l'an dernier. L'opinion publique s'attend à ce que le Premier ministre change la plus grande partie de ses ministres, ce qui pourrait contribuer au changement de style de travail, a déclaré à l'agence de presse CTK, le directeur de l'agence STEM, Jan Hartl.

La limitation de l'immunité parlementaire

Un projet de limitation de l'immunité parlementaire concernant la poursuite judiciaire a de la chance d'être appuyé par la Chambre des députés, annonce l'agence CTK, qui se réfère aux réactions de députés. Le projet, qui est le résultat d'un travail commun du parti social-démocrate et du Parti civique démocrate, prévoit, entre autres, la suppression de l'impunité à vie, dont jouissent les législateurs aujourd'hui.

La criminalité en recul

La criminalité en République tchèque a baissé de 5% dans la première moitié de cette année, une déclaration du ministre de l'Intérieur, Vaclav Grulich. Rappelons que le ministère de l'Intérieur est l'un de ceux dont le travail est apprécié par le chef du cabinet, Milos Zeman. En réaction à nombreux cas de criminalité au sein de la police, le ministre Grulich a déclaré une guerre intransigeante aux policiers corrompus.

Le programme Phare

Le programme Phare apporte un soutien de 6 millions de couronnes au développement du tourisme en République tchèque, spécialement dans les monts Krusne hory. Une déclaration du porte-parole de la Commission européenne en République tchèque, Dusan Ondrejicka. Le projet a été signé vendredi, il concerne la construction et le balisage d'une piste cycliste, avec participation de l'U.E.